Conclusions sur le parcours en longueur

Influence des îlots

La comparaison des configurations "canal déplié" et "canal déplié avec îlots" met en avant l'influence des îlots sur les instationnarités que nous étudions. L'amplitude des oscillations est nettement plus importante que celle des fluctuations observées dans le cas du canal déplié. De plus, des fréquences caractéristiques ressortent de manière significative selon la région observée contenant des îlots. Les îlots sont responsables de la création des instationnarités, ils n'ont pas d'influence sur la fréquence de celles-ci. Ils ont un rôle d'amplificateurs.

 

Influence de la géométrie des rives

La comparaison entre le "canal rectiligne avec îlots" et le "canal déplié avec îlots" met en relief l'importance de la géométrie du système dans le développement des oscillations. Les rives du canal rectiligne comportent bien des épis mais, étant réguliers (taille de 1,5m) et perpendiculaires  au canal, ils ne forment pas entre eux des structures de sous bassins amplificateurs que l'on observe dans la réalité et dans le canal déplié.

 

Influence de la courbure

La comparaison entre le "canal déplié avec îlot" et le "canal réel avec îlots" montre que la courbure joue probablement sur l'intensité du phénomène d'oscillation : la vitesse de l'écoulement est accélérée en l'absence de coude par rapport au cas réel, les dimensions caractéristiques sont modifiées par la distorsion induite par le dépliage, les sous-bassins n'ont pas la même forme, l'ensemble de ces modifications jouent certainement sur l'intensité et la fréquence des oscillations de hauteur d'eau. Cependant la courbure du parcours n'a pas d'influence sur la présence du phénomène lui même : il est observé aussi bien sur le canal réel que déplié.

 

Influence des batardeaux

Les batardeaux ont une influence sur les oscillations, aussi bien en amplitude qu'en fréquence. Par une diminution de la vitesse causée par la présence des batardeaux, le niveau moyen de la hauteur d'eau est rehaussé par endroits et les amplitudes des fluctuations autour de cette moyenne sont réduites. Dans la réalité, les tentatives de modifications sur le terrain de l'emplacement et de l'orientation des batardeaux, sont souvent positives au final : il est possible d'atténuer l'amplitude des oscillations. Les batardeaux jouent sur la géométrie du parcours et changent la forme des sous-bassins, cette conclusion reprend celle émise précédemment : la géométrie du parcours joue dans l'entretien et l'amplification/atténuation du phénomène d'oscillation de hauteur d'eau.

 

Retour au plan (Etude globale)

Vers Conclusions et pistes d'optimisation

 

Powered by Drupal - Modified by Danger4k Webmaster :