Analyse UV

Malgré les difficultés rencontrées lors du traçage, nous allons analyser les échantillons afin de déterminer le taux de dilution au point LCA3. Nos échantillons étant constitué de nombreuses particules en suspension, nous avons d'abord voulu effectuer une filtration sur büchner, avant de passer les échantillons dans le spectrophotomètre UV.

  1. Filtration sur Büchner

Le principe de cette filtration est présenté dans le schéma ci-dessous:

 

 

Nos échantillons étant colorés, nous avons au préalable vérifié si les filtres n'absorbaient pas la couleur. Une analyse avec et sans filtration à partir d'un étalon a donc été réalisée afin d'évaluer l'impact de la filtration sur la coloration. Après analyses, nous concluons que la filtration entraîne une légère diminution de la couleur de nos échantillons. Nous avons donc décidé de ne pas filtrer pour ne pas fausser les mesures. Lors de l'échantillonnage dans les cuves, nous avons donc porté une attention toute particulière quant au fait de ne pas prélever de MES.

 

  1. Spectrophotomètre UV

Pour notre analyse, nous avons utilisé un spectrophotomètre à double faisceau "Shimadzu UV-1800". Le schéma de principe est décrit ci dessous:

 

Un directeur de faisceau est placé sur le trajet optique, près de la source lumineuse. Il fait alterner le trajet de la lumière entre un trajet optique de référence et un trajet optique d’échantillon. Sa vitesse de rotation est telle que les mesures alternées ont lieu plusieurs fois par seconde, corrigeant ainsi les dérives de la lampe. Ces appareils sont les plus performants du fait leur diversité d'analyses possibles mais sont aussi les plus coûteux.

  1. Résultats

Au vue de la couleur de nos échantillons nous avons décidé de diminuer la concentration de notre gamme étalon. Pour ces mesures nous avons donc réalisé 4 étalons:

  • Etalon n°1 -> 10 mg/L
  • Etalon n°2 -> 1 mg/L
  • Etalon n°3 -> 0.5mg/L
  • Etalon n°4 ->  0.1 mg/L

On obtient une équation du type: Abs=K1*C+K0 avec:

K1=9.1155 10-2

K0=-1.914510-2

r2=0.9995

 

Les résultats obtenus sont les suivants:

Échantillons Temps (min) Absorbance Concentration (µg/ml ou mg/L)
1 30 0,01 0,28
2 32 0,02 0,38
3 33 0,07 0,95
4 34 0,11 1,44
5 35 0,12 1,51
6 36 0,08 1,09
7 37 0,1 1,26
8 38 0,11 1,35
9 39 0,08 1,11
10 40 0,1 1,32
11 41 0,16 1,92
12 42 0,17 2,01
13 43 0,15 1,87
14 45 0,18 2,21
15 47 0,18 2,17
16 49 0,2 2,33
17 54 0,17 2,06
18 60 0,14 1,69
19 80 0,17 2,04
20 110 0,17 2,07
21 140 0,12 1,51
22 170 0,16 1,89
23 230 0,14 1,74
24 290 0,05 0,73
25 300 0,06 0,82
26 320 0,03 0,53
27 340 0,02 0,46
28 360 0,02 0,47
29 380 0,03 0,49

Les valeurs obtenues se situent bien dans le domaine de notre gamme étalon. Nous pouvons donc interpréter nos résultats.

Le temps de transit minimum est donc d'environ 30 min et la concentration maximale est obtenu après 49 min. Cependant, nous avons vu la pollution arriver autour de 30min en haut des regards. A partir de l'arrivée dans la zone bouchée du réseau, le transfert s'est effectué par dilution et non plus par convection. Or, ce transfert est beaucoup plus lent que s'il se faisait par convection.

La valeur médiane tmoyen qui correspond à la restitution de 50% de la quantité de traceur détectée au point d'échantillonnage est d'environ 46 minutes. Ces valeurs sont bien sûr à nuancer à cause des problèmes rencontrés. En effet, les échantillons sont beaucoup plus dilués et les temps d'évacuation de la pollution sont certainement beaucoup plus importants qu'en situation "normale". On peut donc faire des conclusions sur ce cas de figure, mais un deuxième traçage s'avère nécessaire pour comprendre le fonctionnement habituel du réseau.

Powered by Drupal - Modified by Danger4k Webmaster :