Résultats de la modélisation

Une fois le réseau réalisé, nous avons étudié plus en détail le manuel d'utilisation de CANOE pour comprendre le fonctionnement de l'outil que nous voulions utiliser. En effet, durant l'année, nous avons utilisé ce logiciel pour faire un réseau d'eau pluviale, alors que pour le BEI, il nous a fallu modéliser un réseau d'eaux usées, avec une injection de pollution en un point.

Le logiciel permet cette fonction, puisqu'il est possible de définir un hydrogramme à injecter en un point. Cet hydrogramme peut être défini par un débit, une vitesse, une hauteur d'eau ou encore une concentration en  polluant. On peut fixer la durée d'injection, et la durée de la simulation. Le logiciel permet également de placer en certains noeuds des points de mesure qui donnent sous forme de graphe la grandeur demandée au cours du temps en ce point. Grâce à cette fonction, il serait donc possible d'étudier l'évolution de la pollution dans le réseau, et c'est exactement l'utilisation désirée.

 

Nous avons eu plusieurs problèmes au cours de ce travail :

Le premier problème était vraisemblablement du à un bug informatique. En effet, nous ne pouvions ni modifier ni supprimer un noeud mal placé, et il ne pouvait pas non plus être relié à d'autres noeuds. Lorsque l'on utilisait la fonction "vérification du réseau", un message d'erreur nous informait qu'un noeud n'était relié à aucun tronçon et que ca rendait la simulation impossible. Après avoir cherché l'origine du problème pendant un certain temps, nous avons fini par reprendre la modélisation du réseau du début.

Après avoir réalisé quelques simplifications sur le réseau pour gagner du temps, nous n'avons pas pu effectuer la simulation de l'écoulement d'eau dans les conduites. Ce problème provenait apparemment du fait que nous avions plusieurs étages dans le réseau. Après de nombreuses tentatives, nous nous sommes résolus à faire un troisième réseau, encore plus simple, sans étage. Avec ce dernier réseau, nous avons pu modéliser un écoulement provoqué par des injections en certains noeuds, à un débit fixé.

 

 

 

 

 

Réseau de l'ENSIACET simplifié et modélisé sous CANOE

 

Dans le réseau ainsi simplifié, nous avons pu injecter des débits en toutes ses extrémités. Nous avons décidé de mettre des débits légèrement supérieurs aux débit mesurés par la suite sur place, pour que les simulations marchent correctement. Ces débits choisis correspondent à une situation dans laquelle les laboratoires consomment beaucoup (500 m3/semaine). Aussi, ils restent cohérents avec notre projet.

 

Nous avons tout d'abord décidé d'injecter la pollution durant un pas de temps assez faible (1mn), pour une simulation de 3h puisque nous n'avions pas d'ordre d'idée de la durée de sortie d'une telle pollution. Ensuite, pour observer plus nettement le pic de pollution (qui s'étale sur quelques minutes), nous avons diminué cette durée.

 

Remarque : la concentration donnée par les capteurs est en fait celle qui correspond à l'aval du tronçon.

Première intersection
Deuxième intersection
Troisième intersection
N3
N2

La concentration relevée diminue au fur et à mesure de la simulation, ce qui témoigne de la dilution du composé dans l'eau du réseau. Nos analyses et conclusions quant à ces concentrations sont répertoriées ici.

Powered by Drupal - Modified by Danger4k Webmaster :