Conclusions

Grâce aux courbes obtenues lors de la simulation (cf page précédente), nous pouvons obtenir une allure de la diminution de la concentration maximale en fonction du temps de séjour dans le réseau.

Nous obtenons le tableau suivant :

 

Point Largeur de la conduite (m) Distance à l'origine (m) Temps (min) Concentration (mg/L)
LCA3-N29 (injection) 0 0 0 5000
LCA3 27 27 0.5 2750
LCA1 20.35 47.35 1 2050
AIGEP 19.19 66.54 2 900
N3 9.26 75.8 2.5 850
N2 0.92 76.2 2.7 850

 

 

 

On observe une forte dilution dans la première partie du réseau, qui semble ensuite se stabiliser une fois l'AIGEP dépassé. En effet, après l'AIGEP, il n'y a plus d'entrée d'eau, c'est donc normal que la dilution soit constante. Entre le point d'injection et la première intersection, le facteur de dilution est de 2 (ou encore 45% de dilution). Les débits que nous avons définis étant les mêmes dans les deux entrées (LCA3-N29 et LCA4etc), ce résultat est cohérent.

La pollution met un peu moins de 3 minutes à arriver à l'exutoire, ce qui nous donne l'ordre de grandeur du temps de séjour auquel on doit s'attendre pour le traçage.

 

Nous comparerons ces résultats avec ceux obtenus par le traçage dans une partie ultérieure.

 

Powered by Drupal - Modified by Danger4k Webmaster :