Cahier des charges du groupe

Comme dit précédemment, cette partie consiste à définir la problématique et les différents objectifs de notre projet, ainsi que les démarches à suivre et les outils mis en oeuvre. Nous devons aussi établir le planning prévisionnel ainsi que les interactions entre les sous-parties.

 

  • Problématique du projet

Nous nous intéresserons à la problématique suivante :

Comment améliorer la gestion de l'eau sur le site de l'INP Toulouse - Labège ?

On peut dorénavant se poser les questions suivantes :

- Comment sont gérées les eaux de pluies arrivant sur le site de Labège ?
- Y a-t-il une nécessité de faire évoluer cette gestion ?
- De quelle manière peut-on aboutir à une réutilisation des eaux pluviales ?

- Quelle est la politique actuelle de traitement des eaux usées de l'ENSIACET ?
- Peut-on améliorer ces techniques ? De quelle manière ?

 

  • Plan du projet

Suite à la rencontre avec Mr Azam, en charge du patrimoine immobilier de l'INPT, ces questions nous amènent à poursuivre cette étude selon trois axes principaux :

 

  1. Premier axe d’étude : gestion des eaux pluviales (sur le bassin versant de Toulouse)

Sur le premier bassin versant pris en compte, à savoir celui se situant sur la ville de Toulouse, occupé par le bâtiment de l'ENSIACET, la seule gestion des eaux de pluies est une récupération de celles ruisselant sur le parking adjacent. Ces dernières rejoignent ainsi un bassin de rétention comme le prévoit la législation afin de les débarrasser de tout trace d'hydrocarbures. Ce bassin est un décanteur-déshuileur biologique dont la fonction est de dépolluer l'eau avant de la rendre à son mileu naturel, à savoir ici le lac adjacent. Cependant, on peut noter que la gestion des eaux pluviales n’est pas optimisée sur le. En effet, il n’y a pas de récupération (au sens d'une réutilisation) de l’eau de pluie, alors qu’elle pourrait par la suite être valorisée pour l’arrosage du terrain synthétique durant l'été ou dans les réseaux d’eau de l’école par exemple. Nous prendrons en compte, d'une part l'eau qui pourra être possiblement recueillie sur le toit de l'école ainsi que grâce aux gouttières, et d'autre part les rejets pluviaux s'écoulant sur le parking et étant traités par le bassin de rétention.

Cet axe d’étude aura pour but d’envisager cette récupération, en analysant la quantité d’eau mise en jeu, les moyens à mettre en oeuvre, le coût de revient éventuel, et pour finir la proposition de solutions aux acteurs concernés.

Cahier des charges du binôme "gestion des eaux pluviales"

 

  1. Deuxième axe d’étude : dimensionnement d'un décanteur-déshuileur (sur le bassin versant de Labège)

Comme nous l'avons dit précédemment, la loi impose un traitement des eaux pluviales ruisselant sur des zones chargées en hydrocarbures. Cependant, sur le bassin versant occupant la commune de Labège, c'est-à-dire celui où se situe les bâtiments de l'INPT, un tel système n'est pas encore mis en place. C'est ainsi que nous aurons pour but, après une analyse hydrologique du bassin versant, de dimensionner un système capable de traiter les eaux pluviales ruisselant dans cette zone.

Cet axe d'étude aura pour but de définir les zones abordées, les capacités de stockage de ce système, l'emplacement qu'il devra occuper ainsi que si possible le coût de revient et enfin une proposition au pôle patrimoine immobiler de l'INPT.

Cahier des charges du trinôme "dimensionnement d'un déshuileur"

 

  1. Troisième axe d’étude : gestion des déchets liquides

Ce groupe aura pour but l’étude du traitement des effluents de l'ENSIACET. En effet, les eaux usées issues de l'école sont stockées provisoirement dans un bac de rétention. Dans ce dernier, seul un contrôle du pH est effectué, dans le but de rejeter les eaux dans les égouts débarrassées de leur acidité. Cependant, une partie des effluents provient des salles de TP et des laboratoires de recherche et est donc chargée en substances chimiques polluantes. Un binôme du groupe va donc travailler sur l'installation d'une STEP pour épurer ces eaux usées avant qu'elles rejoignent le réseau public. Le travail commencera par une identification des polluants et par une analyse du volume d'eaux usées rejeté pour en déduire la solution de traitement adéquate.

 

Le schéma suivant résume les étapes que nous souhaitons explorer :

  • Déroulement du BEI
 

Nous allons organiser ce projet en différentes phases :

La première étape consistera en la recherche de données et d'informations sur la gestion actuelle des eaux du site de l'INP. Durant cette phase, nous rencontrerons des acteurs directement liés à cette problématique, et nous ferons un état des lieux des techniques mises en places. Nous nous appuierons ainsi sur les informations données par :

- des professeurs des trois écoles,

- M. Silvestre, responsable qualité et hygiène de l'ENSAT,

- M. Azam, responsable du patrimoine immobilier de l'INP,

- M. Porte, responsable hygiène et sécurité de l'ENSIACET.

 

Durant la seconde phase, nous nous attacherons à la recherche de solutions adaptées à notre problématique. En premier lieu, nous effectuerons des tests de qualité des eaux usées et pluviales de l'école au sein des laboratoires de l'ENSIACET, afin de prévoir des techniques de traitements adaptées. A partir des données récoltées, nous envisagerons des solutions adéquates et réalisables.

Ensuite, lors d'une troisième phase de travail, nous nous efforcerons de dimensionner les solutions retenues. Pour ce faire, nous utiliserons des logiciels comme CANOE (hydraulique urbaine) et HEC-HMS (simulation de l'hydrologie de bassins versants).

Enfin, nous présenterons nos résultats sur le site et lors de la soutenance finale le 17 Mars 2011.

 

  • Planning prévisionnel
Le diagramme de Gantt suivant nous permet de résumer les différentes étapes du projet ainsi que de poser des échéances, des dates clefs que nous devront de respecter au maximum.
 

Powered by Drupal - Modified by Danger4k Webmaster :