Binôme "gestion des eaux pluviales"

 

  • Contexte

 

Notre binôme s’intéresse à la gestion des eaux de pluie sur le site de l’INP Toulouse Labège. En effet, à l’heure actuelle il n’existe aucun moyen de récupération de ces eaux. Un tel système existe cependant sur le site de l’ENSAT  autre école membre de l’INP Toulouse, l’eau de pluie y est récupérée et sert à alimenter les toilettes de l’école.

Notre sous-projet visera donc à dimensionner un système de récupération des eaux de pluies pour le site de l’INP Toulouse Labège et plus précisément pour l’ENSIACET, en s’inspirant du procédé existant à l’ENSAT.

 

  • Objectifs

Notre étude se  scindera en deux parties, l’une visera à la récupération des eaux de pluies sur le toit de l’école, l’autre à la récupération et au traitement des eaux ruisselant sur le parking de l’école.

La mise en place de notre système de récupération des eaux de pluies nécessitera différentes étapes. Il nous faudra tout d’abord récolter des informations sur le site auprès de l’INP Toulouse, afin  de déterminer la surface de toiture disponible, le type de toiture et les besoins en eaux pour les WC. La pluviométrie sur Toulouse et le temps de sécheresse sont aussi des données nécessaires au dimensionnement de notre système et sont mesurées par météo France.

Une fois que nous aurons réunis ces informations, nous pourrons dimensionner notre cuve, il nous faudra alors choisir le matériel à utiliser, à savoir la cuve, le filtre, le système de pompage, et l’éventuel traitement nécessaire.

Nous retiendrons le/les solution(s) les moins couteuses apportant des résultats satisfaisant au niveau de la quantité et de la qualité de l’eau fournie.

 

Figure 1 : Vue panoramique de la zone d’étude (avant la fin des travaux 2009)

Figure 1 : Vue panoramique de la zone d’étude (avant la fin des travaux 2009) [ http://www.inp-toulouse.fr/actualites/constructions/campus.shtml ]

 

  • Etapes de travail et moyens utilisés

1.       Compréhension du problème et acquisition des données

a.       Le  cadre réglementaire

Durant ces dernières années des lois ont étés développées concernant la récupération de l’eau de pluie en vue de son utilisation, parmi ces lois nous pouvons citer la Loi sur l’Eau et les milieux Aquatique du 30 décembre 2006 qui précise les conditions d’usage de l’eau de pluie dans l’habitat et les conditions d’installation, d’entretien et de surveillance de ces équipements. D’autres arrêtés ont été développé depuis et peuvent être consultés sur le site : http://www.legifrance.gouv.fr ou bien directement sur le site internet des industriels Français de l’eau de pluie : http://www.ifep.info/syndicat/derniers-arretes.php#a1  .  Notre projet devra donc être développé dans le respect de la réglementation en vigueur.

b.      Descriptif du système

Après avoir pris connaissance du cadre réglementaire, nous devrons collecter les différentes  informations qui nous permettrons de dimensionner notre cuve, à savoir : la surface de toiture, le type de toiture, le besoin en eaux pour les WC, la pluviométrie sur Toulouse et le temps de sécheresse.

Il nous faudra aussi déterminer précisément la manière dont nous utiliserons les eaux récupérées, l’objectif initial étant d’alimenter les toilettes de l’école. Cet objectif pourra être réévalué par la suite, une fois que nous aurons mené une étude plus détaillée du site.

c.       Calcul du volume d’eau récupérable

Le volume d’eau récupérable est directement donné par la formule suivante (m3/an) :

V=P*S*Cr*Cf

Avec :

·         P=pluviométrie (m3/m2/an)

·         S=surface de toiture (m2)

·         Cr=coefficient de restitution de la toiture ( fonction du type de toiture et de la pente du toit )

·         Cf=rendement hydraulique du système de filtration ( 0.9 si le filtre est correctement entretenu )

Une simulation numérique sera nécessaire pour obtenir des résultats précis quant à la quantité d'eau de pluie réellement récupérable.

d.      Dimensionnement du stockage EP

Le  volume de stockage des eaux de pluie est calculé comme suit (m3) :

Vs=V*N/365

Avec :

N=Nombre de jour consécutifs de sécheresse

 

2.       Choix de la technologie à utiliser

La technologie à utiliser dépendra de la qualité de l’eau désiré en sortie, de la qualité de l’eau de pluie récupérée, de la place disponible et des éventuelles spécificités du site. Par exemple, le site de l’ENSAT présentait les spécificités suivantes :

Risque de montée de la nappe phréatique du fleuve,

Zone inondable, proximité de la Garonne,

Cuve en zone de circulation et de stationnement (parking).

Nos conditions sont proches de celles  de l’ENSAT ( une partie de l’ENSIACET est en zone inondable, et la cuve sera probablement placé en zone de stationnement ). Nous devons donc nous attendre à devoir faire face à des spécificités du même type.

 

3.       Localisation d’un emplacement adapté

Il est très important de choisir un emplacement adéquat pour notre installation. Tout d’abord, il faudra prévoir un espace suffisamment grand ayant la capacité d’accueillir le réservoir et le kit de pompage. De plus il faudra que la mise en place de notre système de collecte des eaux de pluies n’occasionne pas de gènes pour le fonctionnement de l’ENSIACET. C'est-à-dire qu’il faudra probablement installer notre système loin des bureaux de l’administration et des salles où les cours sont dispensés. L’entretien et la maintenance seront aussi deux facteurs à prendre en compte, c’est pourquoi il serait préférable de placer l’installation dans une zone facile d’accès.

S’il est impossible de trouver un emplacement correspondant à nos attentes, il sera opportun de redimensionner ou même changer le type d’installation utilisée pour la collecte et l’utilisation des eaux de pluies.

 

4.      Analyse de notre solution technique

Après avoir dimensionné et trouvé un emplacement adéquat pour notre installation, il sera nécessaire de terminer l’étude par une évaluation du coût total des travaux. En effet dans ce genre de projet, l’aspect financier est très important et c’est pourquoi il sera nécessaire de proposer une solution avec le meilleur rapport « qualité/prix ».

Finalement il faudra vérifier que le système que nous aurons conçu respecte toutes les contraintes (environnementale, budgétaire…) auxquelles nous aurons été soumis tout au long de l’étude.

 

5.      Proposition aux acteurs concernés

Enfin, il sera important de présenter les résultats de notre étude aux personnes intéressées, c'est-à-dire l’administration de l’INPT et de l’ENSIACET afin de savoir si notre solution satisfait à leurs besoins.

 

  • Résultats attendus

Nous visons à obtenir une solution techniquement et économiquement viable qui puisse intéresser les acteurs concernés.

 

  • Planning prévisionnel

Voici ci-dessous notre planning sous format gantt :

 

Powered by Drupal - Modified by Danger4k Webmaster :