Trinôme "dimensionnement d'un déshuileur"

  • Contexte

Notre trinôme s'intéresse à l'écoulement des eaux pluviales sur la partie de la zone d'étude occupant le bassin versant situé sur la commune de Labège. En effet, comme nous l'avons abordé précédemment, cette partie n'est pas encore équipée de collecteur d'eaux pluviales, ce qui est pourtant imposé par la législation en vigueur. Certes cette zone ne possède pas de parking si vaste que celui situé sur l'autre bassin versant, mais la nécessité de posséder un bassin de rétention en vue d'un traitement des eaux de pluie est réelle.

A noter que notre sous-partie ne portera pas d'aspect social. En effet, étant donné que la seule contrainte sociale est celle de trouver une localisation ne perturbant en aucun cas le travail de quiconque, le dimensionnement de cet infrastructure est purement technique et ne pourra engendrer qu'un apport à la gestion de l'eau sur le campus.

 

  • Objectifs

Notre BEI s'intéresse à une éventuelle amélioration de la gestion de l'eau sur le site de l'INP Toulouse. Dans ce contexte-ci, il serait aberrant de laisser passer un problème tel que l'absence de collecteur d'eaux pluviales. L'objectif avoué est donc simple : il nous faut dimensionner un bassin de rétention répondant à toutes les exigences imposées par la loi, l'emplacement du site, la position des bâtiments par exemple. Pour ceci, il est nécessaire de définir de nombreux objectifs intermédiaires. Tout d'abord, il nous faudra trouver toutes les données nécessaires à la modélisation (pluies annuelles sur cette zone, plan détaillé du campus). Ensuite, il sera important de choisir le type de bassin que nous utiliserons. Il nous faudra aussi trouver un emplacement destiné à accueillir cette structure. Lorsque le dimensionnement technique du déshuileur sera effectué, il serait très intéressant de pouvoir obtenir une estimation du coût de revient afin que l'analyse se révèle complète.
 

       

Construction du décanteur-déshuileur biologique installé sur le bassin versant de Toulouse, à proximité du lac
(à gauche : le 13 mars 2007 ; à droite : le 3 février 2009). Source : http://www.inp-toulouse.fr/actualites/constructions/campus.shtml
 
  • Etapes de travail et moyens utilisés
  1. Etude approfondie des données :

La première étape et très certainement la plus importante est la récupération et la bonne compréhension de toutes les données composant notre projet. Nous explorerons ainsi trois types de données :

- nous aurons à fournir un travail bibliographique sur les différents décanteurs-déshuileurs existant sur le marché aujourd'hui, ainsi qu'une explication sur les différences existantes (par exemple les bassins biologiques ou industriels). Le modèle choisi le sera en fonction de ses dimensions et des possibilités d'intégration sur le campus.

- la récupération des données de pluies sur le site sera la clef du dimensionnement futur. Elle s'effectuera en partenariat avec Météo France. En fonction des données récupérées, nous devrons les exporter au site étudié.

- la grosse partie du travail d'analyse des données se situe sur le campus. En effet, M. Azam nous a fourni un fichier au format AutoCAD (Plan Campus INP.DWG) contenant toutes les données pouvant nous intéresser (entre autres la position des bâtiments, la taille des zones concernées, les données altimétriques afin d'en déduite les pentes). Il sera donc important d'analyser minutieusement ces données, avec AutoCAD si nous y avons accès, ou bien avec un viewer du même type téléchargeable gratuitement sur le web.
 
  1. Compréhension du fonctionnement hydrologique du bassin versant :

Après compréhension de toutes les données, il est nécessaire de les utiliser afin de comprendre le fonctionnement hydrologique du bassin versant que nous étudions. En ce terme, nous comprenons qu'il nous faut savoir dans quelles directions, dans quelles zones et à quelles vitesses les eaux pluviales vont ruisseler. Pour cela, en considérant les zones concernées (celles sur lesquelles le ruisselement sera fort, à savoir les zones goudronnées),  il nous suffira d'appliquer de simples équations hydrauliques afin d'arriver à nos fins.
 
  1. Dimensionnement de l'infrastructure :

Après avoir travaillé sur le comportement hydrologique de la zone étudiée ainsi que sur les volumes de pluie tombant sur la zone, il nous faudra coupler ces deux analyses afin de parvenir à un premier dimensionnement du bassin de rétention. Ceci se fera en accord avec le choix du type de décanteur-déshuileur préalablement choisi.
 
  1. Localisation d'un emplacement adapté :

Le dimensionnement initial nous donnera une idée de l'espace nécessaire afin d'effectuer l'installation. Il nous faudra ainsi trouver un emplacement idéal qui satisfasse à toutes les exigences. Il faut tout de même comprendre que le dimensionnement ne fonctionnera pas réellement dans cet ordre-ci. En effet, il serait étonnant de choisir en premier lieu le type d'appareil, puis de le dimensionner et enfin d'en choisir l'emplacement. Que deviendrait tout ce travail si la surface nécessaire était tout simplement trop grande. C'est ainsi qu'il faudra travailler dans un but d'optimisation et de concertation entre le type de bassin (et donc son coût), la surface disponible sur le site et le volume d'eau à traiter.
 
  1. Calcul du coût de revient :

Un aspect très intéressant de ce projet est le fait de mener à terme une étude de dimensionnement. Pour cela, afin d'obtenir un aspect le plus professionnel possible, il sera important de pouvoir associer un coût à toutes ces installations. Nous essayerons donc dans la mesure du possible d'évaluer le coût de revient de l'installation du bassin de rétention dimensionné.
 
  1. Proposition aux acteurs concernés :

Enfin, la dernière étape, tout aussi importante, est la présentation et les propositions découlant de notre étude aux acteurs concernés, à savoir l'INPT et plus particulièrement le pôle patrimoine et infrastructures par le biais de M. Azam.

 

  • Résultats attendus

A l'issu du BEI, nous espérons fortement avoir répondu à tous les objectifs que nous nous somme fixés dans ce cahier des charges. Nous aurons donc dimensionné un bassin de rétention permettant de collecter les eaux pluviales chargées en hydrocarbures ruisselant sur le bassin versant de Labège. Ce bassin permettre une décantation des particules grossières et un tri des hydrocarbures légers grâce à sa fonction de déshuileur. Le chiffrage et la présentation des résultats à la direction de l'INP est un aspect que nous ne négligerons pas et que nous souhaitons très fortement traiter.

 

  • Planning prévisionnel

Le diagramme de Gantt ci-après résume l'avancement pré-établi de notre projet, et ce jusqu'à la soutenance finale du 17 mars 2011. Cependant, il est probable que nous changions de direction sur certains points cités ci-dessus. L'objectif est de suivre au maximum les étapes de travail prédéfinies mais une évolution du plan n'est pas à exclure.

Powered by Drupal - Modified by Danger4k Webmaster :