Pluviométrie

Pour avoir une bonne idée du volume d’eau récupérable sur les toits de l’ENSIACET, nous avons du obtenir les relevés pluviométriques de la ville de Toulouse. Pour cela nous nous sommes adressé à Claire Vialle, ancienne élève de l'ENSIACET ayant réalisé une thèse sur la récupération des eaux de pluies. On peut voir ci-dessous la moyenne des précipitations par mois depuis 1971. On observe qu’en moyenne, la répartition des pluies est assé homogène sur l’année. C’est un résultat intéressant car il nous indique que notre cuve n’aura, à priori, pas à faire face à un temps de sécheresse supérieur à un mois.

 

Précipitation moyenne par mois sur les 40 dernières années ( Source : wikipédia )

 

En moyenne, il pleut 650.1 mm d’eau par an sur la ville rose. On remarque que les mois de Juillet et d’Août sont ceux où la pluviométrie est la plus faible, cela ne posera pas de problème pour nos installations car ces deux mois sont ceux où l’activité de l’école est minimale (idem pour la quantité d’eau consommé).

Cependant, il peut arriver que lors de certaines années la pluviométrie soit « anormalement » faible ou élevée. En effet, par exemple, il a plu au total 914.9mm en 1993 et 377.8mm en 1967. Il faudra donc  prévoir une solution technique capable de s’adapter à ces éventuels évènements exceptionnels.

Enfin nous aurons besoin d'évaluer le temps de sécheresse, pour cela nous avons à notre disposition un relevé quotidien précis de la pluviométrie sur Toulouse pour les années 2009 et 2010. Nous pouvons y observer différents type d’événements sans précipitations :

-          21 jours sans pluie, ce qui est arrivé seulement une fois sur cette période de deux ans

-          Environ 12 jours sans pluies, ces phénomènes sont plus fréquents et seront sûrement à prendre en compte dans le dimensionnement de notre cuve (celle ci devra pouvoir alimenter l’ENSIACET en eau même s’il ne pleut pas pendant plusieurs jours).

 

Cette étude sur la pluviométrie toulousaine nous sera utile dans la suite de notre étude, elle nous permettra de calculer : Le volume d’eau récupérable sur le site de l’INP Toulouse-Labège ainsi que la durée maximale pendant laquelle la cuve devra être capable de fournir de l’eau aux bâtiments.

Powered by Drupal - Modified by Danger4k Webmaster :