Etude du site et du réseau local

Nous avons déjà effectué une première étude du réseau d'évacuation des eaux de pluie provenant du toit dans la partie "surface de toiture et bassins versants", ce qui nous a permis de regrouper les différents toits en trois surfaces différentes dont nous connaissons les aires et les exutoires. Il nous faut maintenant savoir comment récolter cette eau ou plus exactement ou vont être implanté nos cuves. Ceci nécessite d'étudier précisément le réseau d'évacuation des eaux de pluies de l'ENSIACET (ce que nous avons déjà fait) mais aussi de prendre connaissance du réseau actuel d'alimentation des sanitaires. Il nous faudra aussi étudier le site et notamment  la composition du sol et les réseaux enterré existants pour faire le meilleur choix quand aux lieux d'implantations de nos cuves.

 

  • Le réseau d'évacuation des eaux de pluie

Toujours auprès de M.Saura, nous nous sommes procuré les plans du réseau d'évacuation des eaux de pluies. A partir de ces plans nous avons pu reconstituer les différents bassins versant et localiser leur exutoire. Nous avons résumé nos résultats sur la figure ci-dessous :

Réseau d'évacuation des eaux pluviales de l'ENSIACET

 

Comme nous pouvons le voir sur le schéma ci-dessus la surface de toiture de l'ENSIACET se subdivise en 3 parties. Nous avons donc envisagé de construire trois cuves, chacune relié à un des bassins versant.  Dans le choix de nos points de raccordement nous avons fait en sorte de collecter uniquement les eaux de pluie provenant de la toiture, ce qui explique les deux points de raccordement pour la surface n°2 qui permettent d'éviter de récupérer les eaux de ruissellement collectées au niveau des carrés bleu ciel sur le schéma. Les eaux qui ruissellent à l'arrière de l'ENSIACET (en haut sur le schéma ) sont elles collectées par un réseau parallèle au réseau bleu et rouge, elles ne se mélangent aux eaux pluviales provenant du toit qu'en aval du point n°2. Ainsi en nous raccordant au niveau des points indiqués sur le schéma nous sommes certain de ne récupérer que les eaux provenant du toit.

Nous savons donc ou nous souhaitons nous raccorder, il nous faut maintenant déterminer l'emplacement de nos cuves.

 

  • Etude du site pour la détermination de l'emplacement des cuves

Trois critères vont nous permettre de déterminer l'emplacement optimal de nos cuves :

- 1 : La proximité avec les points de raccordement et avec les zones d'alimentation (afin de réduire le coût des travaux )

- 2 : La composition du sol, pour assurer la stabilité de la cuve, et en favorisant une implantation des cuves sous des zones hermétiques à la chaleur.

- 3 : L'emplacement des réseaux existant de manière a ne pas engendrer de travaux supplémentaires

 

Critère n°1 :

De manière à minimiser le coût des travaux nous avons choisis de travailler uniquement sur le Rez-de-chaussé et le premier étage de l'ENSIACET. De plus ces zones sont les plus fréquenté par les étudiants, en effet on y trouve les deux plus grand amphithéâtre de l'école ( environ 500 places en tout ) ainsi que la bibliothèque universitaire. Nous avons localisé les sanitaires de ces deux étages sur la figure ci-dessous :

 

Nous pouvons voir que nous disposons de deux locaux techniques situés au rez-de-chaussé et à proximité de nos lieux de raccordement envisagé ( point n°2, 3 et 4 ), nous choisirons donc ces deux emplacements pour l'installation des pompes reliés aux deux cuves connectées au point n°2 et aux point n°3 et 4. Pour la cuve connecté au point n°1 nous n'avons pas de local technique disponible, hors l'ensemble du bâtiment situé dans le quart nord est de nos plans est dédié à des activité industrielles et au stockage de matériel. Nous envisageons donc de placer notre troisième pompe dans ce bâtiment. Nous ferons une évaluation de la demande en eau de ces deux étages dans la partie dimensionnement, nous préciserons aussi les correspondances entre les cuves et les sanitaires ( i.e. qui alimentera quoi ).

Nos cuves devrons donc être placés à proximité des locaux techniques et du hangar situé dans le quart nord est.

 

Critère n°2 :

Nous avons pu consulter les plans géotechnique de l'INP dans les bureaux de M.Azam. Le sol est constitué de sable limono-argileux sur les 2, 5 premiers mètres de profondeur et  de substrat marno argileux ensuite. Nos cuves seront enterrées a environ 2,5 mètres de profondeur, elles reposeront donc bien sur un sol solide. Pour qu'elles soient hermétiques à la chaleur, l'idéal serait d'enterrer nos cuves sous de la terre. Si cela n'est pas possible nous favoriserons une implantation des cuves sous des zones de faible circulation.

 

Critère n°3 :


Nous avons effectué un zoom sur les trois zones d'implantations envisagée afin de visualiser les réseaux souterrains existants, nos résultats sont présentés ci-dessous (nous y faisons apparaitre les zones d'implantation envisagée) :

 

 

 

 

Comme nous pouvons le voir sur les schémas ci dessus, nous avons choisis une zone d'implantation sous béton pour les cuves reliées au points 1 et 2. Ce choix s'explique par le fait qu'il n'existe pas d'autre zones d'implantation sous terre à proximité et qu'il faudrait donc réaliser des travaux important pour reliées les cuves au points de raccordement choisis. De plus le réseau déjà existant poserai problème car il faudrait passé au dessus ou en dessous des tuyaux déjà présent.

 

La surface au sol disponible pour les cuves 1 et 2 est relativement limitée par rapport aux volumes d'eau récupérable, nous devrons donc faire un compromis entre la capacité de la cuve et le coût estimé des travaux, nous expliquerons cette démarche dans la partie dimensionnement.

Powered by Drupal - Modified by Danger4k Webmaster :