Validation du calcul par le logiciel SEPARH

 

Nous souhaitons valider le résultat du calcul de dimensionnement du séparateur    d'hydrocarbures. Pour cela, nous avons utilisé le logiciel SEPARH, développé par le    Centre d'Etudes et de Recherches de l'Industrie du Béton (CERIB).

Ce logiciel va nous permettre de déterminer la taille nominale du séparateur d'hydrocarbure et d'en déduire le volume V du débourbeur. Le calcul est effectué par le logiciel selon une méthode différente que celle que nous avons utilisée précédemment.

 

1) Modélisation du problème

Pour commencer, nous avons modélisé le bassin versant et ses caractéristiques avec le logiciel SEPARH. Pour simplifier le calcul, nous avons considéré que le bassin versant était constitué d'une grande aire de stationnement et d'une seule chaussée.
Une autre possibilité aurait été de considérer chaque parking et chaque chaussée de manière distincte. Or, dans ce cas, le logiciel procède au calcul de dimensionnement d'un séparateur d'hydrocarbures pour chaque entité du bassin versant et non pour l'ensemble.
On entre alors les caractéristiques de ce modèle de parking et de chaussée de la manière suivante.

La surface de ces deux entités correspond à la somme, respectivement, des surfaces des chaussées et des surfaces des parkings du bassin versant.
Les autres caractéristiques de ces modèles correspondent aux moyennes des valeurs sur le bassin-versant global.

 

 

2) Les hypothèses de calcul

Nous avons ensuite réglé les hypothèses que le logiciel SEPARH va prendre en compte pour le calcul.
Pour commencer, la méthode utilisée est la méthode des réservoirs linéaires, conseillée par l'ouvrage "La ville et son assainissement" publié par le CERTU en 2003. C'est la méthode la plus précise bien qu'elle  mette en oeuvre l'utilisation des intensités pluviométriques uniformes à l'échelle des régions.
De plus, le domaine de validité de cette technique est un bassin-versant d'une surface de 20 hectares maximum, limite supérieure à la surface du bassin-versant du campus.

 

 

On se place donc dans la région 2 avec une période de retour d'insuffisance d'un an. On choisit une installation de classe B, suffisante pour traiter les eaux pluviales contaminées uniquement par les hydrocarbures des aires de stationnement. Enfin, on choisit de traiter 100% du débit de pointe, étant donné qu'on ne prévoit pas sur l'installation de déversoir d'orage.

 

2) Le dimensionnement du séparateur d'hydrocarbures

Le logiciel nous conseille alors l'installation de deux séparateurs d'hydrocarbures :

  • Le premier, de taille nominale 216, pour traiter les eaux pluviales des parkings.
  • Un second, de taille nominale 187, pour traiter les eaux des chaussées.

On effectue alors un regroupement de ces deux installations, en demandant au logiciel de dimensionner un unique débourbeur pour traiter les eaux pluviales de l'ensemble du bassin-versant.

On conseille alors l'installation d'un séparateur d'hydrocarbures de taille nominale 403.

 

Précédemment, nous avions calculé la taille nominale du séparateur d'hydrocarbures par la méthode de la norme NF EN 858-2. Cette méthode nous avait conduit à une taille nominale de 444,41 pour le séparateur. On remarque que la différence de résultat entre les deux méthodes est faible, voire nulle si l'on se réfère aux recommandations de la norme NF EN 858-2. En effet, il est recommandé de sélectionner la taille nominale proposée immédiatement supérieure. Etant donné que cette taille nominale est 500 dans les deux cas, la différence de résultat n'apparaît plus.

Nous pouvons alors conclure notre dimensionnement du décanteur-déshuileur industriel, d'une taille de 50 m3, taille doublement validée par un calcul selon deux méthode différentes.

Powered by Drupal - Modified by Danger4k Webmaster :