Création du modèle du réseau d'eaux pluviales

La première étape de la modélisation du réseau est la création de celui-ci grâce au logiciel Canoë. Il nous faut donc rentrer dans le logiciel toutes les valeurs que nous avons précédemment exportées du plan fourni, mesurées directement sur le terrain ou encore calculées.

1) La création des noeuds de référence

Pour commencer, nous avons choisi des points du campus comme référence pour le modèle. Ils sont les extrémités de chaque tronçon de conduites et les points d'entrée du débit d'eaux pluviales de chaque bassin versant. Ce sont en d'autres termes les exutoires de chaque sous-bassin ainsi que quelques points permettant de relier le réseau.

Pour chacun de ces noeuds, nous avons déterminé, à l'aide de nos mesures sur le terrain ou de données connues :

  • Les coordonnées (X,Y) du plan
  • La cote sol
  • La profondeur du point, donnée utile lors de la création des canalisations, autrement dit la cote radier

Ci-dessous se trouve le récapitulatif des données d'altitude de tous les points du réseaux. Les point 1 à 10 représentent les noeuds permettant de fermer le réseau, les autres sont les exutoires de tous les sous-bassins (à noter que nous avons approximé la position et les données de  la cote de l'exutoire de PJJ, ne possédant aucune information), et la buse représente la sortie du réseau dans le lac. Enfin, il faut remarquer que pour certains points il existe une donnée "hauteur de chute sur tronçon" : en effet, nous n'avons pas pris en compte la hauteur des bâtiments lorsque le toit de ces derniers était couplé à un parking pour former un sous-bassin (ce qui est une approximation que nous nous sommes permis de faire face à la longueur du travail qu'il aurait fallu abattre pour qu'il n'en résulte qu'une infime différence), cependant, lorsqu'un toi composait à lui seul un bassin versant, nous avons pris en compte sa hauteur lors de la création des tronçons (voir figure ci-dessous, "hauteur de chute").





Définitions des points
Point Cote au sol (m) Cote au radier (m) Hauteur de chute sur tronçon (m)
Vie étudiante 149,4 148,83 3,57
Route vie 148,85 148,42 -
Ru est 148,77 147,97 -
P bat D 149,27 148,47 -
Bat E 148,32 147,52 -
P bat E 148,75 147,25 -
P villa 146,77 145,97 -
Villa des Gardes 146,71 146,21 3,5
P bat F 147,83 146,23 -
RU ouest 146,6 145,04 -
passage piétons 145,1 144,1 -
bat H 145 144,2 3,8
P bat G 144 143 -
P bat H 144,36 143,56 -
Terrain hand 142,46 141,31 -
Terrain foot 142,74 142,24 -
1 148,45 147,12 -
2 145 144 -
3 144,41 143,41 -
4 148,43 146,83 -
5 142,26 140,96 -
6 147,05 145,9 -
7 142,46 141,16 -
8 146,68 144,98 -
9 146,51 145,21 -
10 146,51 145,51 -
PJJ 143 142 -
Buse 140,5 139,1 -

 

2) La création des canalisations

Nous avons ensuite créé l'ensemble des canalisations du réseau d'eaux pluviales du site. Grâce aux plans fournies par l'INPT, nous disposions des différentes caractéristiques nécéssaires à la modélisation des conduites.

Ainsi, pour chaque conduite, nous avons déterminé :

  •  Le diamètre de la canalisation
  •  Les noeuds de rattachement de la conduite
  •  La longueur du tronçon
  •  La rugosité à l'intérieur de la conduite, en réglant le nombre de Strickler (nous avons gardé ce dernier constant pour toutes les conduites, et égal à 70).

3) La modélisation des bassin-versants

Afin de finir la création du modèle, nous avons créé les différents sous-bassins versants que nous avions préalablement délimité grâce aux données disponibles et à nos mesures.

Chaque bassin versant est caractérisé par :

  • Sa surface, exprimée en hectare.
  • Le plus long parcours de l'eau sur cette surface (en m)
  • Ses cotes amont et aval (en m), desquelles on peut déduire la pente (en m/m)
  • Le type de raccordement au réseau
  • Le type d'aménagement urbain du bassin-versant
  • Le coefficient d'imperméabilité / de ruissellement (sur une autre fenêtre)

Ainsi, après avoir enregistré l'ensemble de ces caractéristiques, nous obtenons le modèle du réseau d'eaux pluviales sur lequel nous allons travailler à l'aide du logiciel Canoë. L'objectif se résume en deux parties. La première est d'effectuer un diagnostic du réseau en cas de pluie décennale, pour étudier les risques pour les usagers et les infrastructures du campus et valider notre réseau. La seconde est d'étudier le débit d'eaux pluviales à l'exutoire du réseau en cas de pluie annuelle. Cette étude va nous permettre de valider le calcul de dimensionnement et de permettre la modélisation du séparateur d'hydrocarbures.

Vous trouverez ci-dessous la géométrie du réseau (nue et placée sur le plan du campus), qu'il est possible d'agrandir.

 

Powered by Drupal - Modified by Danger4k Webmaster :