Limites

La justesse des résultats obtenus par ALOHA dépend bien évidemment de la qualité de l’information fournie en entrée. Cependant, bien que les valeurs en entrée soient des plus précises, ALOHA, comme tout autre modèle, peut ne pas être fiable dans certaines situations, et ne peut modéliser certains types de dégagement chimique.

Les résultats d’ALOHA sont particulièrement incertains dans les conditions suivantes :

 

  • Vitesse de vent très faible

En effet, la direction du vent est moins prévisible quand la vitesse du vent est faible. Or, la zone de menace obtenue représente le lieu du nuage de pollution seulement si la direction du vent ne change pas par rapport à la valeur entrée.

ALOHA prédit à environ 95% du temps que le vent ne changera pas suffisamment de direction pour déplacer progressivement le nuage de polluants en dehors d’une zone de menace définie par des deux lignes en pointillés. Plus grande est la zone entre les lignes, moins la direction du vent est prévisible et plus il est probable qu’elle change considérablement.

A la vitesse de vent la plus basse acceptable par ALOHA (environ 1m.s-1 à une hauteur de 3m), ces lignes forment un cercle qui indique que le vent peut souffler dans n’importe quelle direction.

 

  • Changement de direction du vent

ALOHA fait l’hypothèse que la vitesse du vent et la direction sont constantes (à n’importe quelle hauteur) sur toute la zone de libération du produit chimique.

ALOHA s’attend à ce que le sol sous le nuage de dispersion soit plat et libre de tout obstacle. En réalité le vent change de vitesse et de direction. En zone urbaine, le vent autour des immeubles entraine des tourbillons et change de direction et de vitesse, modifiant la forme et le mouvement du nuage. Les rues bordées d’immeubles peuvent générer un « canyon » qui entrave le nuage dispersif. ALOHA ignore ces effets quand il modélise la courbe de zone de menace.

 

  • Présence d'obstacles et relief

La topographie du site et la présence d'obstacles ne sont pas prises en compte. ALOHA considère que le sol en dessous d’une fuite de réservoir ou une flaque est plat et dépourvu d'obstacles. Ainsi le liquide s’épand uniformément dans toutes les directions.

 

  • Condition atmosphérique très stable

Sous les conditions atmosphériques les plus stables, il y a généralement très peu de vent et quasiment pas de mélange du nuage polluant avec l’air environnant.

Les concentrations de gaz dans le nuage peuvent s’accumuler dans des vallées ou des dépressions et persister sur de longues périodes de temps, même à des distances éloignés du point de source. ALOHA ne prend pas en compte les accumulations de grandes concentrations de gaz dans des régions à basse altitude.

Pour l’estimation des concentrations, ALOHA suppose que le produit chimique dégagé dans l’atmosphère est immédiatement mélangé, ainsi la concentration ressemble à une courbe en forme de cloche à travers le nuage (la plus forte concentration est dans le sens du vent le long de la ligne médiane). Même si ce n’est pas exactement ce qui se produit dans un dégagement chimique, cette prévision « Gaussienne » est assez caractéristique et fourni des estimations convenables de la concentration dans la plupart des cas.

 

  • Présence de mélanges gazeux

ALOHA peut calculer le terme source et la dispersion à partir de composés purs où de solutions liquides mais ne modélise pas les mélanges gazeux. Il est en effet difficile pour tout modèle de prédire correctement le comportement d’une solution ou d’un mélange de composés car la prédiction des propriétés chimiques est délicate.

ALOHA a été conçu pour modéliser le dégagement et la dispersion de produits chimiques purs et de quelques solutions, l’information dans la bibliothèque des produits chimiques n’est pas valide pour des mélanges de produits.

 

  • Répartition de la concentration près de la source

ALOHA fourni des concentrations qui sont des moyennes sur des périodes de temps de l’ordre de quelques minutes. ALOHA prédit que les concentrations moyennes seront plus grandes près du point de source et le long de la ligne centrale du nuage de polluants, et diminueront lentement et graduellement dans le sens du vent direct et latéral. Cependant, autour de la source, les tourbillons entrainent le nuage de façon imprévisible, causant à tout moment une concentration de gaz haute en un point et basse en un autre.

Toutefois, les concentrations moyennes se comportent approximativement comme ALOHA le prédit. En effet, le nuage se déplace dans la direction du vent à partir de la source, les tourbillons tendent à uniformiser les concentrations dans le nuage et deviennent ainsi plus semblables aux prédictions d’ALOHA.

 

  • Présence de sous-produits issus de feux

ALOHA ne prend pas en compte les sous-produits de combustion (par exemple, la fumée) ou les réactions chimiques. La fumée issue d’un feu,chauffée, s’élève avant de suivre le sens du vent. ALOHA ne représente pas cette élévation initiale. ALOHA suppose qu’un nuage chimique se dispersant ne réagit pas avec les gaz qui constituent l’atmosphère, tels que l’oxygène et la vapeur d’eau. Or, de nombreux produits chimiques réagissent avec l’air sec ou humide, l’eau, autres composés, ou même entre eux. A cause de ces réactions chimiques, le composé qui se disperse dans le sens du vent peut-être très différent du composé qui s’échappe à l’origine du confinement. Dans certains cas, cette différence peut-être suffisamment importante pour rendre les prédictions de dispersion d’ALOHA incorrectes.

 

  •  Présence de débris dangereux

Si un dégagement chimique induit une explosion, il y aura des débris volants issu du conteneur et la zone environnante. ALOHA ne modélise pas les trajectoires de fragments dangereux.

 

  • Présence de particules

 ALOHA ne prend pas en compte le processus qui affecte la dispersion des particule.

 

  • Présence d'aérosols

ALOHA suppose leur évaporation immédiate aux abords de la fuite. Les aérosols ne sont donc pas modélisés.

 

  • Autres limites

Certains des phénomènes qui se situent au niveau du point de rejet ou dans le champ proche ne sont pas pris en compte, tel les phénomènes de jets, par conséquent ALOHA n'affiche pas de résultats à des distances inférieures à 100 m.

L' élévation des gaz chaud ou légers n'est pas pris en compte.

Les rejets à partir de conduite liquide ne sont pas modélisés.

ALOHA ne calcule pas la réactivité chimique, il décrit cependant le type de réactions et les produits attendus.

 

Powered by Drupal - Modified by Danger4k Webmaster :