Les différentes techniques de traitement

Il existe un très grand nombre de techniques de dépollution des eaux pluviales. Nous présenterons donc les plus communément utilisées mais également des techniques dites alternatives, car elles correspondent bien à l'objectif que nous nous sommes fixé, à savoir aménager un bassin d'assainissement routier de manière à ce qu'il épure l'eau qu'il stocke tout en s'intégrant au paysage. Nous préciserons ainsi les avantages et les inconvénients de ces techniques en fonction des conditions physiques du milieu, mais aussi des conditions économiques et sociologiques. Chacune des techniques que nous allons présenter peut être utilisée seule, ou combinée avec une ou plusieurs autres techniques.

La méthode à laquelle les gestionnaires de routes ont le plus couramment recours consiste à utiliser un bassin. Cela permet en effet de répondre à l'objectif de stockage. Il existe plusieurs types de bassins. Ils peuvent être secs ou en eau, étanches ou d'infiltration. Chaque type de bassin s'adapte plus particulièrement à certaines conditions, ce qui sera détaillé par la suite.

Les déshuileurs sont très utilisés en épuration des eaux routières car ils permettent de piéger les hydrocarbures et autres huiles de moteur, présentes dans l'eau avant de rejeter l'eau dans le milieu naturel. Leur but est donc de séparer les liquides de densité inférieure à l'eau de la phase aqueuse en utilisant un système de siphon comme présenté sur le schéma ci-dessous :

Schéma simplifié du fonctionnement d'un déshuileur

 

Les déshuileurs sont souvent utilisés en amont des débourbeurs et, de nos jours, les déshuileurs sont très souvent également des débourbeurs. Le principe d'un débourbeur est le même que celui d'un déshuileur, mis à part le fait que son but est de récupérer les matières plus denses que l'eau, qui sont plus facilement décantables.

Les surfaces vertes infiltrantes regroupent plusieurs systèmes dont les fossés, les noues et des surfaces planes enherbées. Elles permettent de conduire l'eau, d'absorber une partie du flux et donc de diminuer le débit. On les trouve souvent en amont de bassins de rétention.

Enfin, les zones humides artificielles représentent tous les systèmes de traitement qui reproduisent des espaces aquatiques plantés, de manière à reproduire des phénomènes d'épuration existant naturellement dans l'environnement tels que la phytoremédiation. Dans ces zones, l'eau subit une sédimentation comme dans tous les systèmes de stockage, mais elle est en plus épurée par les plantes qui vont, par exemple, absorber les métaux lourds.

 

Powered by Drupal - Modified by Danger4k Webmaster :