Les particules PM10

Les particules PM10 sont des particules en suspension de diamètre inférieur à 10 microns. Elles constituent un vaste ensemble de polluants et un des  principaux vecteurs de la pollution atmosphérique.
 
Les particules de poussières atmosphériques peuvent avoir une dimension allant de 0,2 µm jusqu'a plus de 500 µm. En fonction de leur taille, les particules grossières, les grosses particules (PM10), les particules fines (PM2,5) et les particules ultrafines (PM1) sont distinguées. Il est à noter que ce sont les aérosols de 0,5 µm à 50 µm qui contribuent le plus à la masse totale des particules. 
 
 
  • Composition

Les particules peuvent avoir des compositions très différentes les unes des autres. La composition de chacune est très dépendante de sa provenance. Les poussières minérales sont principalement constitués de composés contenant du calcium, de l'aluminium, de silicium. Par contre, dans la fumée des feux de charbons ou de bois, ce seront principalement des Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques (HAP) et des métaux qui seront retrouvés.

 
  • Sources

Les particules PM10 peuvent être d'origine naturelle (éruptions volcaniques, érosion éolienne des sols des feux de forêt par exemple) ou anthropique. Les principaux émetteurs de particules sont les industries, les transports, le chauffage domestique et les incinérateurs.

Dans le secteur de l'automobile, les particules proviennent des échappements, des pneus, des garnitures de frein mais également du matériau constituant la chaussée. L'usure des moteurs et de pneumatiques entraînent l'émission de particules métalliques telles que le fer, l'aluminium, le cuivre et le cadmium par exemple.

Ces particules représentent environ 85% des particules dans les agglomérations urbaines.

 

  • Durée de vie

 

Le diamètre des particules détermine le temps pendant lequel les composés en suspension restent dans l'atmosphère et la façon dont ils sont distribués. Pour les particules PM10, l'élimination humide par les pluies limite la durée de vie des aérosols à quelques jours. 

 
  • Toxicologie

Les effets sur la santé dépendent de la granulométrie et de la composition chimique des particules. Plus les particules sont fines, plus elles s'introduisent profondément dans l'appareil respiratoire et plus leur temps de séjour y est important. Ces particules irritent les voies respiratoires inférieures, ont des effets mutagènes et cancérigènes et induisent une mortalité prématurée.

En 2010, l'objectif de qualité à atteindre pour les PM 10 est de 30 µg/m3 en moyenne annuelle. Les valeurs limites sont les suivantes : 

- 50 µg/m3 en moyenne journalière avec 35 jours de dépassements autorisés par année civile
- 40 µg/men moyenne annuelle

Le seuil de recommandation et d'information est fixé à 80 µg/m3 en moyenne sur 24 heures constaté à partir des données arrêtées à 8 heures et à 14 heures (en prenant en compte la moyenne calculée sur les 24 heures précédentes). Le seuil d'alerte est quant à lui fixé à 125 µg/men moyenne sur 24 heures avec les mêmes données arrêtées.

 

  • Méthode de mesures

L'ORAMIP mesure les particules PM10 à l'aide d'une microbalance TEOM (Tapered Element Oscillating Microbalance). Le principe de cette technique repose sur une microbalance à élément oscillant. Les particules prélevées dans l'air se déposent sur un filtre et provoque un ralentissement de la fréquence d'oscillation en augmentant la masse du système oscillant. Ces mesures sont effectuées toutes les heures.

La concentration en microgrammes de particules par mètre cube d'air est alors mesuré par l'intermédiaire du débit volumique.

 

Powered by Drupal - Modified by Danger4k Webmaster :