Les limites de fluidyn-NS


Nous avons rencontré de nombreux problèmes lors de l'exploration de ce logiciel. Nous avons essayé de traiter le cas très simple de l'écoulement entre deux plaques. En laminaire, cela fonctionnait parfaitement, en revanche, nous ne sommes pas arrive à faire converger le modèle K-e en turbulent. Paradoxalement, face à cette exemple simple, nous avons traité le cas du convergent-divergent avec un choc et cela marche bien !

Pour les conditions aux limites, nous n'en avons trouvé qu'une définition vague. Il est donc difficile de maîtriser leurs effets sur la solution.

Pour le solveur, il est difficile voire impossible de trouver la documentation sur les différentes équations numériques qui régissent la résolution du système. Ainsi il existe 3 schémas de discrétisation mais nous n'avons aucune information sur ces différents schémas. On choisit donc systématiquement le schéma proposé par défaut (Van Leer). Il aurait été intéressant de pouvoir comparer ces différents schémas sur un même cas et voir ainsi leur influence sur la solution. Il en est de même pour l'ordre du schéma, le pas de temps (global ou non), la valeur du CFL. Nous n'avons pas trouvé l'équivalent de la relaxation pour pouvoir contrôler la convergence de la solution. Pour le cas de la plaque en turbulent, on ne pouvait donc jouer que sur la taille des mailles ainsi que les différentes conditions aux limites.

Il y a plusieurs problèmes physiques que l'on ne peut pas aborder avec ce code :

De plus, on ne peut pas sélectionner les variables que l'on veut résoudre. De même, on ne peut imposer au logiciel de négliger certains termes comme la dissipation par exemple.

Retour au menu précédent