RAPPORT


I. Etat des lieux de la tâche RDIF

II. Réinstallation

III. Vérification sur des exemples d'utilisation

IV. Conclusion

retour au sommaire du compte-rendu


I. Etat des lieux de la tâche RDIF

1. Récuperation du travail de la tâche RDIF

Il fut très difficile de retrouver les répertoires (correspondant au travail de le tâche RDIF) contenant le code et les divers fichiers l'accompagnant. De plus dans les répertoires retrouvés, les fichiers concernant le code étaient mélangés avec des fichiers résultats provenant de l'éxécution d'un calcul.

La tâche (EIRD) fut effectuée de telle sorte qu'à son terme subsiste des sous-répertoires de mfn07 et mfn08 contenant d'une part le code (compilé), les préprocesseurs et les postprocesseurs d'autre part divers exemples de calculs et enfin la documentation.

2. Compilation

Une fois l'accession effectuée, des problèmes sont apparus concernant la compilation de refdif1 car des caractéres parasites de la forme ^M polluaient le fichier source et le fichier de compilation du code. A chaque compilation, il faut donc éliminer ces parasites (ils ne sont visibles qu'avec l'éditeur v.i.)

3. Executable datgen

Datgen est un exécutable permettant de générer des cas tests. Pour valider l'installation du code fut valider par les cas test générer par cette exécutable. Mais ce dernier créait en fait des fichiers incompatibles avec le programme d'exécution refdif1.

En effet, des modifications de format de fichier ont dû être faites lors de compilations précédentes. On en a donc retiré la leçon qu'il fallait ne pas oublier de commenter les modifications apportées . Les formats ont été corrigés lors de cette tâche.

4. Visualisation

Une fois le code installé et les fichiers de données génèrés correctement, le programme Refdifplot.m permet, sous Matlab, la visualisation des résultats. Le premier graphe généré par matlab représente la bathymétrie ainsi que les lignes d'iso-amplitude de vagues. Le deuxième graphe que fournit Matlab concerne les lignes d'iso-amplitude de vague avec les vecteurs vitesses. Le troisième graphe représente la surfaces des vagues, avec la bathymétrie. Concernant ce programme, il y a une confusion à éviter entre le fichier Surface.dat génèré par Refdif1 et un fichier Surf.dat génèré par l'exécutable Surface qui rend les résultats exploitables sous Matlab.

retour au sommaire


II. Réinstallation

On enregistre les exéutables sous /usr/local/MFN/bin, à savoir : refdif1, datgen, surface.

D'autre part, vous pourrez trouver tout le travail effectué (cas tests) ainsi que les fichiers sources dans les sous repertoires des comptes : mfn07 et mfn08

retour au sommaire


III. Vérification sur des exemples d'utilisation

Afin de vérifier que l'installation a été correctement effectuée on regénère les 2 cas tests effectués en 1996 et le cas de la baie semi-circulaire. On compare alors nos résultats à ceux de la session 1996.

Baie semi-circulaire

Bathymétrie et lignes iso-amplitudes.

Vecteurs vitesses et lignes iso-amplitudes.

Bathymétrie et surfaces de la houle.

retour au sommaire


Cas d'une ile

Lignes iso-amplitudes.

retour au sommaire


Etude sur un haut fond

Bathymétrie et lignes iso-amplitudes.

Vecteurs vitesses et lignes iso-amplitudes.

Bathymétrie et surfaces de la houle.


Les graphes précédents sont à rapprocher de ceux obtenus lors de la tâche RDIF.

Notons tout d'abord que seuls les graphes présentant une information facilement visible sont montrés. De plus le programme de visualisation sous Matlab ne fonctionne pas correctement pour le cas de l'ile, nous n'avons pas pu obtenir le troisième graphe.

Cependant les autres graphes correpondent à ceux obtenus lors de la tâche RDIF, à l'exception du cas test de l'ile. Pour génèrer les cas tests un grand nombre de paramétres sont à fournir lors de l'exécution de Datgen. Ainsi, pour le cas de l'île, les paramètres utilisés n'ont pas été mentionnés dans le compte-rendu de la tâche RDIF et l'utilisation directe des données du manuel du concepteur n'aboutit pas aux mêmes résultats de simulation.

La démarche précédente ne permet pas de porter une appréciation sur le code lui-même et sur sa capacité à simuler des problémes physiques. Pour cela il aurait fallu regarder en détail les équations résolues par le code et les différents paramètres physiques.

retour au sommaire


IV. Conclusion

La tâche EIRD a donc permis d'installer le code Refdif1, et de vérifier que celle-ci est correcte : 1_ en génèrant des cas test avec Datgen, 2_en résolvant ceux-ci avec le code et 3_en visualisant les solutions sous Matlab.

Cette tâche a aussi permis de se rendre compte que l'installation d'un code n'est pas évidente, d'autant plus si il a été modifié, et qu'une grande partie du temps est consacrée à la recherche des différents fichiers sources (et parfois leurs debuggages) : la tâche RDIF n'avait pas laissé de traces écrites claires de l'installation du code. De plus le code et ses satellites étaient disséminés au milieu de résultats de calculs.

A la fin de cette tâche le code Refdif est installé dans le répertoire : /usr/local/MFN/bin

Pour finir, les leçons à retenir de cette tâche seraient les suivantes : 1_toujours conserver le code original sans modifications, 2_consigner quelque part les modifications apportées si il y en a, 3_conserver les cas tests réalisés.

retour au sommaire


Retour au Compte-rendu de EIRD