CONCLUSION

Retour au sommairedu rapport


Cet atelier a permis d'aborder les thèmes suivants.

Convection thermo-haline

La convection de Rayleigh-Bénard est un système dynamique dont il est relativement facile de trouver le premier point de bifurcation, que ce soit avec Phoenics ou Fluent. Cependant il est difficile de cerner l'influence des conditions initiales et aussi d'atteindre des états oscillants lors des cacluls instationnaires.

La convection saline obéit au même principe que la convection thermique : la masse volumique du mélange varie en fonction des fractions massiques imposées pour la convection saline, tandis qu'elle varie en fonction de la température pour la convection thermique.

La convection thermo-haline prend en compte les convections saline et de Rayleigh-Bénard. Leur couplage va soit dans le sens de la stabilité si un des gradients est dans le sens stable, soit dans le sens de l'instabilité si les gradients sont dans le sens instable, sans pour autant que les seuils critiques lors du découplage soient atteints.

Fluent et ses limites

Fluent est relativement facile d'accès et l'interface est facile d'emploi. Cependant ce code n'est pas prévu pour réaliser des simulations prenant en compte l'introduction de constituants comme le sel. Il peut en effet parfois être difficile de modifier le code même si on peut programmer des fonctions annexes en "C". De plus, les schémas de discrétisation ne sont explicités nulle part. Par contre on peut avoir accès aux différents paramètres du cas simulé.

Fluent et Phoenics

Tout d'abord Fluent présente l'avantage de posséder un mailleur à la fois en structuré et non structuré, par rapport à Phoenics qui ne permet que les maillages structurés. Par contre, il n'est pas possible de pénétrer dans le code, comme on pouvait le faire avec Phoenics et le fichier "cas"; on peut seulement visualiser les paramètres du cas, mais pas les modifier directement lors de cette visualisation.


Retour au sommairedu rapport