RAPPORT


I. Installation de REF/DIF

II. Exemples d'utilisation

  1. Cas d'une île
  2. Etude sur un haut fond
  3. Exemple du Bassin d'Arcachon

III. Etude d'une baie semi-circulaire

  1. Présentation du problème
  2. Résultat du calcul
  3. Problèmes rencontrés

IV. Conclusion


I. Installation de REF/DIF

La première étape a consisté à récupérer le logiciel REF/DIF. Cette opération a été réalisée en effectuant une recherche sur netscape. Nous avons ainsi pu obtenir le nom de ses auteurs (américains) et leur adresser un courrier par e-mail. Ils ont accepté de nous procurer la version qui convenait le mieux à notre étude.

Nous avons donc récupéré par ftp le programme refdifv25. f (programme principal) et plusieurs fichiers, ainsi que le manuel de l'utilisateur.

Grâce au manuel de l'utilisateur, nous avons pu apprendre à utiliser le code, le compiler et l'exécuter sur des exemples préprogrammés ou sur des exemples simples programmés par nos soins.

Retour au sommaire


II. Exemples d'utilisation

Les cas test fournis par REF/DIF 1 sont en fait générés par datgenv25.f. L'exécution de datgen permet de choisir le cas test étudié, de définir l'amplitude des différents éléments bathymétriques, de déterminer les caractéristiques de la houle et de générer les fichiers associés à chaque cas: refdat.dat, indat.dat.

Ce cas test intitulé "Waves around an Artificial Island", est en fait la simulation de la propagation de la houle autour d'une ile circulaire en partie émergée. Cette ile dont la base à 400 ft. de rayon et 80 ft de haut (à cette altitude le rayon est de 160 ft.) La profondeur d'eau autour de l'ile est de 60 ft.

La hauteur de la houle incidente (cote d'une crête de houle - cote d'un creux de houle) est de 28 ft. La période de la houle est de 10s.

Le maillage utilisé est un maillage 100*100. Nous avons pris les mêmes paramètres que dans leur documentation: modèle linéaire, pas de courant, conditions aux limites fermées, houle avec une seule composante, demi-amplitude de la houle de 14 ft, période 10 s., incidence au large 0, ...

Pour les iso-amplitudes nous obtenons les résultats suivants:

Sur ce graphe, on note que la hauteur de la houle chute très rapidement au rivage de l'ile. Le déferlement doit être responsable de cette diminution de la hauteur de houle. Sur une telle ile, la réflexion doit être assez faible, par contre à l'approche de l'ile, la réfraction est le phénomène prédominant sauf derrière l'ile où elle est combinée à de la diffraction.

 

On constate bien sur ces deux graphes présentant da direction de propagation de la houle en chaque point que la houle à tendance à converger sur l'ile (la direction de propagation de la houle devient orthogonale aux lignes bathymétriques(convergence comme sur un cap)) jusqu'à la moitié de l'ile. Derrière l'ile si la réfraction était seule, il y aurait une zone sans houle puis à nouveau une houle provenant de la divergence des rayons de houle (analogie avec une baie). Derrière l'ile la diffraction intervient aussi générant des tourbillons et une zone fortement turbulente. On peut noter aussi que la présence de l'ile influence la houle même loin de l'ile.

Nous avons donc bien retrouvé les résultats de ce cas test. De plus ceux-ci s'expliquent bien physiquement par la réfraction, la diffraction et le déferlement.

Les deux figures suivantes montrent la direction de propagation de la houle en chaque point du maillage :


III. Etude d'une baie semi-circulaire


1. Présentation du problème

La figure suivante montre les lignes de niveaux de la baie :

2. Résultats du calcul

Isoamplitudes


Isoamplitudes



Rayons




3. Problèmes recontrés


IV. Conclusion

Retour au sommaire


Retour au sommaire du cours