Simulation 3 : Houle aléatoire multidirectionnelle

Retour au sommaire de l'étude sur Artemis


Objectif

Formulation de Goda

Présentation du cas test

Maillage et bathymétrie

Simulation

Conclusion


Objectif

Cette partie a pour but :

Retour au sommaire


Formulation de Goda

La houle aléatoire est considérée comme étant la superposition de plusieurs houles monochromatiques de périodes différentes et déphasées aléatoirement les unes par rapport aux autres. L'énergie de la houle réelle est la somme des énergies des houles monochromatiques qui la composent. Ainsi, si l'on note f la fréquence de la houle, les houles dont la fréquence est comprise entre f et f+df contribuent à l'énergie totale à hauteur de J(f)df, où J(f) est la densité d'énergie. La courbe représentant J en fonction de f est le spectre d'énergie.

La formulation de Goda concernant la densité d'énergie est la suivante :

J(f)=Beta.Hs^2.fp^4.f^-5.exp[-1.25(fp/f0^4]Gamma^n

où :

Retour au sommaire


Présentation du cas test

Cette simulation met en oeuvre la prise en compte du frottement sur le fond (fond sableux). On utilise la configuration des quais utilisée lors de la simulation 1-2. La configuration de ce calcul est donnée par la figure 1. Dans cette simulation, on considre que le fond est constitué de sable moyen.

Conditions initiales

Elles sont de type "cote constante", la valeur de la cote initiale étant fixée à 0.3 m.

Conditions aux limites

Les différents coefficients de réflexion des parois (RP) sont fixés par programmation dans la subroutine BORH et sont ceux de la figure 1.

Concernant le fond, l'hypothèse de fond sableux permet d'utiliser le calcul automatique du facteur de frottement implanté dans Artemis.

Paramétrage physique

On fixe :

Houle aléatoire multidirectionnelle

On utilise la formulation de Goda avec gamma=3.3.

Retour au sommaire


Maillage et bathymétrie

Cas test

figure 1

Retour au sommaire


Simulation

Physique

Le caractère aléatoire et multidirectionnel de la houle impose un abaissement de la hauteur de houle par rapport à une houle monochromatique (cf simulation 2). Physiquement ce phénomène n'est pas trivial à expliquer.

Retour au sommaire


Conclusion

Ce cas test a permis

Retour au sommaire


Retour au sommaire de l'étude sur Artemis