Echange de Projets et d'Idées pour le Bureau d'Etude Interdisciplinaire (EpiBei)
Option Sciences de l'Eau et de l'Environnement, ENSEEIHT, 2 rue Camichel, 31071 Toulouse
Référence du présent article : O. Thual et D. Astruc, EpiBei 0618 (1995).

BUREAU D'ÉTUDE INTERDISCIPLINAIRE DE L'OPTION

SCIENCES DE L'EAU ET DE L'ENVIRONNEMENT

O. Thual et D. Astruc, 18 juin 1995

Cette note décrit l'organisation d'un "Bureau d'Étude Interdisciplinaire" (BEI) devant se dérouler sur les deux premiers trimestres de la troisième année de la scolarité des élèves ingénieurs du Département "Hydraulique et Mécanique des Fluides" de l'ENSEEIHT. Bien que proposée dans le cadre de l'Option "Sciences de l'Eau et de l'Environnement", cette formule pourrait s'appliquer à toute autre option, filière ou école d'ingénieur.

1. INTRODUCTION

Depuis plusieurs années le Département "Hydraulique et Mécanique des Fluides" de l'ENSEEIHT envisage la mise en place d'un enseignement qui s'étalerait sur les deux premiers trimestres de la troisième année et qui serait à mi-chemin entre le "Projet de Fin d'Année" du troisième trimestre et les "Bureaux d'Études" (BE) rattachés aux différentes matières de l'option suivie. Un tel enseignement répond à un besoin exprimé par les étudiants qui souhaitent prendre contact avec le métier d'ingénieur dès le début de la troisième année en réalisant un ou plusieurs projets dans lesquels ils prennent une part active. Les BE mis en place par les enseignants du département rencontrent en effet un vif succès et les étudiants demandent un renforcement de ce type d'enseignement. De nombreuses écoles d'ingénieurs ont fait évoluer leur enseignement de troisième année dans cette direction, sous différentes formes, et il s'agit donc d'étudier quelle formule conviendrait le mieux au Département "Hydraulique et Mécanique des Fluides" de l'ENSEEIHT pour suivre cette tendance.

En réponse à la demande de P. Crausse, directeur du département, nous proposons ici un tel enseignement que nous baptisons "Bureau d'Étude Interdisciplinaire" (BEI). Notre intervention s'inscrit dans le cadre de l'Option "Sciences de l'Eau et de l'Environnement", mais la formule d'enseignement que nous proposons pourrait s'appliquer à tout autre option. L'idée de base de BEI est de développer une activité de type "Bureau d'Étude" s'appuyant sur une bibliographie bien ciblée comme, par exemple, les rapports de stage de fin d'année des promotions précédentes, tout en permettant un synthèse "Interdisciplinaire" des matières qui sont enseignées dans le cadre de la filière.

Les paragraphes ci-dessous décrivent le projet de mise en place de ce BEI pour la rentrée 1995. Pour des raisons pratiques, le premier paragraphe recense les détails d'organisation matérielle qui doivent précisés le plus tôt possible pour la constitution de l'emploi du temps de l'année. Le paragraphe suivant propose un mode de fonctionnement du BEI qui pourra éventuellement être revu en cours de route. Enfin, les objectifs pédagogiques qui motivent ce mode de fonctionnement sont explicités au paragraphe précédant la conclusion. L'esprit envisagé pour la mise en place de ce BEI apparaît au travers la liste des points abordés dans ces trois paragraphes.

2. ORGANISATION MATÉRIELLE ET RESSOURCES

Ce paragraphe recense les points concernant l'organisation matérielle du "Bureau d'Étude Interdisciplinaire" (BEI), afin qu'ils soient pris en compte rapidement dans l'élaboration de l'emploi du temps de la rentrée 1995.

Étudiants concernés : étudiants de troisième année de l'option "Sciences de l'Eau et de l'Environnement". Pour l'année 1994-95, l'effectif était de l'ordre de 40 étudiants.

Volume horaire : 2 heures par semaines ou 4 heures toutes les deux semaines pendant les deux premiers trimestres. La dernière option ayant été choisie par le Département pour 1995, il y aura donc 9 séances de 4 heures, dont 3 au premier trimestre. Dans la mesure où il est prévu d'inviter des intervenants extérieurs, le créneau 10-12h serait souhaitable, ou à défaut le créneau 14-16h. Le créneau 14h-18h à été choisi pour 1995.

Soutenances : à la fin du second trimestre, il est nécessaire de doubler le volume horaire d'une semaine afin de permettre l'organisation d'exposés oraux. Un créneau de 4 h pourra être par exemple concentré sur une demi-journée (matin ou après-midi) ou encore être coupé par le repas. Une salle appropriée devra être prévue à cet effet.

Enseignants : il est prévu d'affecter un professeur (O. Thual) et un maître de conférence (D. Astruc) pour cet enseignement pendant le créneau horaire du BEI.

Intervenants extérieurs : il est prévu d'inviter plusieurs intervenants extérieurs du monde industriel pendant le créneau horaire du BEI. Un budget mission est à prévoir pour permettre le déplacement des intervenants extérieurs.

Salles de cours : l'idéal pour cet enseignement serait de pouvoir combiner la mise à disposition de salles de travail adaptées pour des réunions d'une dizaine de personnes et disponibles à tout moment, avec la réservation ponctuelle d'une salle pouvant accueillir toutes la promotion lors des exposés oraux ou lors de la venue d'intervenant extérieurs. A défaut d'une telle organisation, et sous l'hypothèse que le nombre d'étudiants inscrit pour l'option est d'environ 40, il serait souhaitable de dédoubler la promotion en deux groupes, et donc de réserver deux salles pendant le créneau horaire du BEI. Néanmoins, il faudrait veiller à ce qu'une de ces deux salles puisse accueillir l'ensemble de la promotion en cas de besoin.

Bibliothèque : pour le bon fonctionnement de cet enseignement, il est indispensable de prévoir une salle de travail accessible le plus souvent possible, dans laquelle un rayonnage soit prévu pour contenir des documents spécifiques au BEI. Lorsque le nouveau bâtiment de l'ENSEEIHT sera opérationnel, ce rayonnage pourra être intégré dans la bibliothèque. En attendant, une solution provisoire devra être recherchée. D'autres documents, comme par exemple certains numéros de la revue "La Houille Blanche", ou encore un jeu complet de polycopiés de l'ENSEEIHT, devront être accessibles à la lecture et à la photocopie.

Photocopie de documents : il est prévu d'utiliser de façon intensive les rapports de stage de fin d'année des promotions précédentes. Dans la mesure ou ces documents sont exclus du prêt pour des raisons évidentes, il faut donner aux étudiants la possibilité de les consulter dans la bibliothèque et d'en photocopier des extraits.

Reprographie : il est prévu de reprographier durant l'année trois volumes de 120 à 150 pages (recto-verso, soit la moitié en nombre de feuilles) et de les distribuer à tous les participants (environ 40 + copies supplémentaires). Le premier document devra être polycopiés vers le milieu du premier, les deux derniers à la fin du second trimestre. Il faudrait donc prévoir la reprographie de 20 000 pages recto-verso, soit 10 000 pages est donc à prévoir au total.

Communications extérieures : les étudiants devront être à même de contacter par téléphone, par télécopie, par courrier électronique ou par courrier postal un certain nombre de correspondants extérieurs du milieu industriel. Un accès à des micro-ordinateurs sera prévu pour permettre aux étudiants de rédiger du courrier.

Moyens informatiques : les étudiants doivent pouvoir disposer aléatoirement de terminaux en libre service en fonction des moyens existants dans le département. Dans un premier temps, il s'agira du réseau de PC existant, et à terme de stations de travail. Un espace disque conséquent devra être affecté pour stocker d'une année sur l'autre les logiciels et les données produits lors des BEI successifs.

Travail personnel : la réussite du BEI dépend fortement du travail personnel que pourront fournir les étudiants (minimum 3h par semaine). Il est donc nécessaire de prévoir un emploi du temps en conséquence qui permette un accès libre aux bibliothèques pendant les heures ouvrables ainsi qu'aux salles informatiques en permanence.

3. FONCTIONNEMENT INTERNE DU BEI

Sous l'hypothèse que le département soit en mesure d'affecter les ressources listées ci-dessus, nous proposons un mode de fonctionnement du BEI qui laisse une large place à l'initiative des étudiants. Les points listés ci-dessous pourront être modifiés en fonction des circonstances afin d'accroître la productivité de cet enseignement.

Principe du BEI : durant une première phase d'environ 4 semaines, les étudiants devront concevoir des sujets de Bureau d'Étude qui seront réalisés lors de la deuxième phase. Les matériaux de base pour la phase de conception partiront des rapports de "Projets de Fin d'Année" remis à l'ENSEEIHT par les promotions précédentes, et seront complétées par des recherches bibliographiques.

Répartitions en binômes et en groupe : une partition en binôme sera effectuée au début de la première phase. Durant cette phase, chaque binôme devra concevoir de manière détaillée un sujet de BE et s'intégrer dans un groupe constitué d'environ 5 binômes. Les sujets de BE des divers binômes de ce groupe devront s'articuler de manière à former un projet intégré. La formation de ces groupes devra être achevée à la fin de la première phase. Les différents groupes devront alors exposer oralement leur projet qui sera soumis à l'approbation des enseignants. Les sujets de BE et les projets de groupe qui auront reçu l'aval des enseignants seront alors réalisés lors de la seconde phase de BEI.

Binômes Coordinateurs de Projet (BCP) : la promotion sera divisée en quatre groupes, chaque groupe comprenant environ cinq binômes. Dans chacun des groupes un Binôme Coordinateur de Projet (BCP) sera désigné pour superviser le déroulement du projet et la coordination entre les binômes. A la fin de chaque phase, ce binôme devra rendre compte de sa gestion du projet.

Documents finaux du BEI : chaque binôme devra produire un document facilement reprographiables à la fin de chaque phase. A la fin de la première phase chaque binôme remettra un rapport de 6 pages détaillant le sujet du Bureau d'Étude qu'il aura conçu. A la fin de la seconde phase, la réalisation de ces sujets sera décrite dans un rapport de 14 pages. Les BCP produiront un rapport dans lequel il rendront compte du fonctionnement de leur groupe, et proposeront des améliorations pour les années suivantes.

Production du BEI : les documents finaux du BEI devront rendre compte d'une démarche visant à familiariser le lecteur avec le secteur aval. En plus de la définition et du traitement des sujets de BE, il sera fait mention de leur pertinence dans le cadre de problèmes industriels réels. Chaque binôme doit délivrer des informations permettant aux autres étudiants de mieux appréhender le secteur aval.

Tours de table : les BCP organiseront dans chaque groupe des tours de tables réguliers au cours desquels les binômes exposeront l'état d'avancement de leur travaux. Ils veilleront à ce que ces échanges permettent une étroite collaboration entre les binômes.

Intervention des enseignants : les enseignants du BEI interviendront alternativement dans les différents groupes. Ils sont à la disposition des binômes pour apporter leur expertise scientifique. Ils pourront, sur demande, préparer des exposés sur des sujets nécessitant des approfondissements particuliers. Il seront à la disposition des binômes pour les aider dans le choix ou la réalisation des sujets. Ils faciliteront les interactions avec les autres enseignants de l'option, du département ou de l'ENSEEIHT, ainsi qu'avec l'extérieur.

Invitation des intervenants extérieurs : les binômes auront la possibilité d'inviter des intervenant extérieurs, sous le contrôle des BCP chargés de l'harmonisation entre les différentes invitations. Ces intervenants pourront être de anciens élèves de l'ENSEEIHT dont le stage de fin de scolarité aura retenu l'attention d'un binôme, ou d'autres ingénieurs travaillant dans le secteur aval. Le binôme responsable d'une invitation itérera avec l'intervenant pour définir le contenu de l'exposé.

Interaction avec les départements de l'ENSEEIHT : le BEI devra permettre aux étudiants de l'option "Sciences de l'Eau et de l'Environnement" d'interagir avec les étudiants des autres options du département "Hydraulique et Mécanique des Fluides" mais avec les autres filières de l'ENSEEIHT. Cette interaction pourrait se concrétiser par des BE faisant appel à des compétences pluridisciplinaires.

4. OBJECTIFS PÉDAGOGIQUES

De même que l'organisation matérielle du BEI découle de son fonctionnement, ce dernier est motivé par les objectifs pédagogiques de cet enseignement. Il aurait donc sans doute été plus logique de présenter ces objectifs en premier lieu. Néanmoins, tout enseignant familier avec les préoccupations des étudiants d'une école d'ingénieur aura deviné l'essentiel de ces objectifs à la lecture des détails pratiques exposés dans les précédents paragraphes. Nous nous contentons donc de lister ici quelques points constitutifs de la démarche pédagogique du BEI.

Préparation du projet de fin d'année : le travail effectué au cours du BEI et à partir de la lecture des rapports de stage des années précédentes permettra aux étudiants de mieux appréhender leur propre stage. De plus, les contacts que le BEI aura pu établir avec le secteur aval, permettront de mieux choisir un sujet de stage.

Familiarisation avec le secteur aval : pour continuer à motiver les étudiants sur les enseignements théoriques il est nécessaire de dédramatiser l'appréhension de l'inconnu que suscite souvent, chez l'élève ingénieur, l'entrée dans le monde professionnel. Une prise de contact volontariste des étudiants est donc nécessaire, à condition d'offrir un cadre structuré la permettant. Le BEI doit pouvoir offrir ce cadre, à travers des sujets de BE qui seront générés et réalisés en liaison avec des applications réalistes.

Initiation à l'esprit d'entreprise : la conception des sujets de BE par les étudiants peut apparaître comme une expérience hasardeuse. Pourtant, les futurs ingénieurs seront amenés un jour à concevoir des études qui seront réalisées par d'autres ingénieurs. Le fonctionnement du BEI tentera de développer autant que possible l'esprit d'initiative et la créativité des étudiants. La constitution de groupes de projets relève de cette démarche, et pourra être complétée par une structuration plus importante des relations entre binômes.

Synthèse des enseignements : le BEI a pour objectif de susciter une synthèse des enseignements délivrés lors de la scolarité de l'ENSEEIHT. Il devra montrer que ces enseignements ne sont pas cloisonnés, et qu'ils débouchent sur une discipline commune que l'ont peut qualifier de "Techniques de l'Ingénieur". Au-delà des enseignements suivis par les étudiants de l'option "Sciences de l'Eau et de l'Environnement" le BEI s'efforcera d'ouvrir les étudiants aux techniques de l'ingénieurs enseignées dans les autres filières de l'ENSEEIHT.

Contacts avec le secteur aval : l'invitation d'intervenants extérieurs, en particulier d'anciens élèves de l'ENSEEIHT, est une occasion fournie par le BEI pour découvrir en quoi consiste le métier d'ingénieur. Le fait de confier aux étudiants le choix des intervenants et la définition de l'intervention les conduit à approfondir ce que sera leur futur métier.

Étude du marché de l'emploi : le BEI devra inclure une réflexion sur les secteurs les plus porteurs du marché de l'emploi. Au-delà de la recherche d'un emploi à très court terme, cette réflexion devra porter sur les perspectives à long terme qui interviendront lors de la carrière de l'ingénieur en sortie d'école.

Curriculum vitae : le BE réalisé lors de la deuxième phase du BEI doit pouvoir être considéré comme un petit projet, et pouvoir figurer dans le curriculum vitae de l'ingénieur, comme c'est le cas pour le projet de fin d'année. Ainsi, les étudiants pourront être mieux armés lors de leurs entretiens d'embauches où leur seraient demandé une expériences dans des domaines très précis. Par exemple, la familiarisation avec un ou plusieurs codes industriels pourrait résulter du BEI. Un objectif du BEI pourrait être le recensement des expériences les plus demandées.

Portée des documents finaux : les documents qui seront produits à la fin de chaque phase dans le cadre du BEI devront être utiles aux étudiants lors de leur recherche d'emploi. Les informations contenues dans ces documents ont une portée différente de celles qui sont délivrées par les enseignants, dans la mesure où elles utilisent une langage propre aux étudiants. Ces documents relateront par exemple les contacts qui auront été pris en rapport avec la définition ou la réalisation d'un sujet de BE, ainsi que la bibliographie accessible. Ces contacts et ces accès ne sont pas de même nature que ceux que pourraient établir des enseignants, même si ceux-ci seront amenés à apporter leur concours aux étudiants du BEI.

Interaction avec les autres BE : le BEI pourrait être utilisé comme point de rencontre des BE organisés dans le cadre des enseignements spécifiques de l'option "Sciences de l'Eau et de l'Environnement". Pour cela, une concertation entre les enseignants du département est nécessaire. Certaines matières pour lesquelles il n'existe pas encore de BE structuré pourrait tirer parti du BEI pour aborder la réalisation de cas concrets.

5. CONCLUSION

L'exposé de l'organisation matérielle du "Bureau d'Étude Interdisciplinaire" (BEI), de son fonctionnement interne et des ses objectifs pédagogiques montre que de nombreux degrés de libertés ont été prévus pour développer l'esprit d'initiative des étudiants, tout en offrant une trame solide et un encadrement soutenu. Le fonds de base sur laquelle s'appuie cet enseignement est constitué par les rapports de stages des années précédentes, même si d'autres apports bibliographiques sont fortement encouragés. La prise en charge du BEI par les étudiants est conçue comme celle d'une entreprise afin de développer chez eux l'esprit d'initiative et la créativité dont ils devront faire preuve dans leur futur métier d'ingénieur. Tout en veillant aux bon déroulement de la structure, les enseignants pourront se concentrer sur le contenu des sujets et apporter une expertise multidisciplinaire à la demande. Cet enseignement doit être vu comme une démarche commune aux étudiants et aux enseignants vers une remise en question permanente du processus de formation, en tenant compte de l'insertion professionnelle des futurs ingénieurs.

La mise en place de ce projet d'enseignement à la rentrée 1995 sera sans doute une expérience délicate dans la mesure ou la formule proposée présente un caractère novateur. Sa réussite dépendra essentielle de la motivation et de l'énergie qu'apportera le plus grand nombre.

REMERCIEMENTS

Nous remercions les collègues et étudiants qui nous fait part de leur idées sur la réalisation de cette enseignement. La liste de leur noms est non exhaustive : P. Crausse, B. Le Guennec, D. Dartus, B. Hypolite, Ph. Bonneton, J. Magnaudet, etc.