4.1 Les conditions aux limites
4.2 Les conditions initiales
4.3 Le modèle de turbulence

retour sommaire

INITIATION AU SYSTEME DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL 

4. APPROCHE NUMERIQUE: CONDITIONS AUX LIMITES ET MODELISATION DE LA TURBULENCE  

4.1 Les conditions limites

les conditions d'entrée 

Le profil que nous adoptons étude est un profil en loi puissance de type U/Uinf=(z/Href)^n. Dans cette définition, la hauteur Href est la hauteur moyenne des obstacles et n est un exposant traduisant la rugosité de l'écoulement en amont.
Ce type de profil permet de tenir compte des effets de rugosité sur le terrain en amont de l'écoulement. La valeur de n est prise égale à 0.19 et Href est égale à l'épaisseur de couche limite atmosphérique.
Dans cette étude nous avons voulu nous rep^lacé dans les conditions expérimentales de
Wen -Whai Li et Meroney[1982], la valeur de Href a donc été imposée à 0.30m. Uinf sera imposée à 10m/s.


figure 4.1

Contours de la vitesse
longitudinale
(l'axe des X est orienté vers la gauche)


figure 4.2

Autres conditions limites 

condition de sortie
La condition de sortie est de type "outflow". Cette condition limite codée dans Fluent est utilisée quand il n'ya qu'une seule sortie de fluide dans le domaine. Elle est idéale quand le flux de sortie se trouve dans une zone d'écoulement établi : tous les gradients sont imposés nuls sauf celui de la pression.

conditions latérales et supérieure
Afin de tenir compte du domaine infini, une condition de symétrie a été imposée sur ces trois parois. Si ce type de condition est utilisé lorsque le domaine d'étude présente une réelle symétrie, il permet aussi de modéliser une paroi sans frottement (mur glissant).

condition au sol
Le condition au sol est de type "wall". Elle impose une loi de frottement à la paroi avec une hauteur de rugosité de z0=7.5e-5(valeur donnée par Wen -Whai Li et Meroney[1982]) 

 
4.2 Les conditions initiales 

Les profils de vitesses et d'intensité turbulente ont été initialisés dans tout le domaine à partir des profils d'entrée.

4.3 Le modèle de turbulence 

On utilise le modèle k-epsilon. Ce modèle prédit correctement les écoulements à fort cisaillement près de parois solides, mais induit certaines erreurs pour des écoulements à faibles cisaillements que l'on rencontre dans les zones médianes et supérieure de la couche limite atmosphérique. Nous cherchons à retrouver des résultats qualitatifs uniquement pour la zone proche de la source émettrice. Le modèle k-epsilon est suffisant pour  observer des résultats physiquement acceptables dans les régions du domaine plus éloignées.