LA LOIRE POLLUEE ?

 

 

Problèmes liés à la Loire

L'île de Noirmoutier est dans une situation particulière car elle se trouve dans ce qu'on appelle le grand estuaire de la Loire. L'île et les plages des côtes de Vendée et de Loire-Atlantique plus au Nord, subissent l'influence de la Loire et de ses apports en tout genre, matières en suspension, pollutions diverses…

 

En effet, l'estuaire de la Loire constitue un des grands pôles économiques de la façade Atlantique. De l'agglomération nantaise, métropole d'un million et demi d'habitants, à l'amont, jusqu'à la zone industrio-portuaire lourde de la région de St Nazaire , à l'aval, de nombreux secteurs industriels y sont rassemblés :

 

Toutes ces activités économiques (industries, villes,…) sont consommatrices d'eau et donc, productrices de rejets.

 

Les effluents rejetés en Loire peuvent avoir des conséquences préjudiciables pour la faune et la flore du fleuve mais aussi pour la qualité du grand estuaire : réchauffement de l'eau, appauvrissement en oxygène, sur développement d'algues, ainsi que la présence d'hydrocarbures ou de métaux lourds.

La pollution oxydable est crée pour l'essentiel par les matières organiques et certaines industries (agro-alimentaire, papeterie, chimie…). Son paramètre de caractérisation est la DCO (demande chimique en oxygène). Cette pollution est à l'origine d'une consommation d'oxygène dans l'eau et peut alors porter atteinte à la faune aquatique et ainsi modifier l'équilibre de l'écosystème.

La pollution toxique est liée à la présence de substances minérales (métaux) ou organiques (pesticides) dans certains rejets issus de l'industrie (ateliers de traitement de surface, industrie chimique…) ou de l'agriculture.

Les matières azotées et phosphorées, rejetées principalement par les villes, l'agriculture (agro-alimentaire, fabrication d'engrais…) favorisent un sur développement de la flore aquatique (eutrophisation) et peuvent être consommatrices d'oxygène.

Les hydrocarbures sont essentiellement liés à l'industrie pétrolière. Outre leur impact visuel, ils peuvent avoir un effet toxique sur les espèces vivantes.

  

Mesures réalisées par l'agence de l'eau Loire - Bretagne :

Deux stations de mesures situées en amont de l'estuaire, à Cordemais et Nantes, en amont de l'estuaire, analysent périodiquement la qualité de l'eau de la Loire. Ces mesures permettent de classer le fleuve en fonction de ses plus mauvais résultats.

Pour l'année 1995, les résultats sont les suivants :  

Station 148500 - Centrale EDF de Cordemais.

Qualité physico-chimiques : HC de 91-95

Paramètres déclassants, MES, Cl

Qualité Phosphore : P5

Ptotal : 0.98 mg/l, PO4 : 0.99 mg/l

 Station 148000 - Nantes.

Qualité physico-chimiques : HC de 91-95 excepté en 93, qualité 3

Paramètres déclassants, MES, Cl

Qualité azote : N3

Qualité Phosphore : P4

Ptotal :0.52 mg/l, PO4 : 0.50 mg/l

(Se référer à la grille d'interprétation de qualité)

Ce constat montre la mauvaise qualité générale de la Loire à son exutoire. Il est donc légitime de s'interroger sur ce que subit le milieu océanique proche en cas de crue de la Loire et de l'expulsion partielle du bouchon vaseux. Une campagne de mesures a été réalisée durant la crue de février 1995 par l'Agence de l'Eau. Les résultats à l'embouchure sont reportés dans le tableau suivant :

 

Cas de la crue du 31 janvier au 2 février 1995

Paramètres mesurés Flux en tonnes/jours Flux en tonnes/jours
Moyens constatés en 1993 Observés pendant la crue de 1995
Débits …………………...(m3/s) 711 5279-4839
Pollution carbonnée

DCO

DBO

KMnO4

1500-2500

150-300

400-800

8400

870

3400

Pollution azotée

Nitrates

Ammoniaque

Azote Kjeldhal

700-1200

42-125

60-120

6000

20

500

Pollution phosphorée

Phosphore total

Phosphates

15-30

15-20

200

130

Apports particulaires

MES

Non déterminé 26000

Ces résultats montrent un apport important de particules (26000t/j) ainsi que toutes sortes de pollutions en quantités non négligeables. Ces flux importants doivent nécessairement avoir un impact lourd sur le littoral.

Nous avons donc décidé d'évaluer la zone d'impact de tels apports, afin de déterminer si les plages ou ports "pavillon bleu" de l'estuaire, peuvent subir les conséquences d'une crue de la Loire.

Retour au sommaire binôme

Modélisation de la dispersion des polluants par les courants