LE DEBIT

 

 

Le maillage s'arrêtant à la limite théorique entre l'océan et le fleuve, il est nécessaire de tenir compte du débit induit par la marée remontant et descendant la Loire. Pour évaluer ce débit, nous nous sommes basés sur le rapport de synthèse de l'APEEL [] qui donne les renseignements suivants :

- Le volume d'eau oscillant dû à la marée est estimé à 240 millions de m3 pour une marée moyenne.

- A St Nazaire, le rapport entre le débit moyen dû à la marée et le débit fluvial, Qf, est égal à 4 pour un Qf=2000m3/s, et égal à 2.4 pour un Qf de 5000m3/s (Coefficient de marée égal à95).

D'autre part la vitesse de l'écoulement en fonction du temps a été mesurée à Montoir pour un coefficient de marée de 100 et un diagramme donne la vitesse maximale suivant la marée.

 

Le débit a donc dû à la marée a donc été estimé de la manière suivante :

 

Qmax=Vmax*S=2*12500*10=25000m3/s

Qmoyen=3*Qf=9642m3/s

On retrouve l'ordre de ce résultat en divisant le volume oscillant par la durée d'un flot.

Qmoyen=240.106/6/3600=11000m3/s

L'allure de la variation de débit est estimée triangulaire et le débit total est la somme algébrique du débit de la Loire Qf, considéré comme constant, et du débit dû à la marée. Le débit est compté positivement quand il est dans le sens Loire - Océan, et négativement dans le sens Océan - Loire.

 

Ces résultats ne sont que des estimations à partir des donnés que nous avons pu collecter. Les approximations sont donc certaines (coefficient de marée un peu moins important, débit de la Loire supérieur), mais l'ordre de grandeur est, nous pensons, respecté.

 

Dans TELEMAC, ce débit fluctuant se traduit par :

Une condition de débit imposé sur une frontière du maillage

Une prise en compte de ce débit dans le fichier cas

L'introduction de 2 subroutines dans le programme principal en fortran

Bord.f (déjà utilisée pour la marée)

Q.f (Débit variable)

 

Retour au sommaire binôme

Le vent