BIODISPONIBILITE


Biodisponibilité des formes de phosphores

Le phosphore et le plancton

Le phosphore et les macrophytes


Biodisponibilité des formes de phosphores

Retour au début

Le phosphore est un élément nutritif essentiel au développement de la vie sous marine. En effet, une forte teneur en phosphore biodisponible (directement assimilable par les végétaux) entraine une production de plante alguale telle, que l'équilibre naturel est rompu.

Mais toutes les formes de phosphore n'ont pas la même valeur vis-à-vis de la croissance plantonique.Le phosphore disponible pour les algues comprend surtout l'orthophosphate libre. Le phosphore dissous est divisé en phosphore réactif au molybdate (P.S.R) et en phosphore non réactif (P.S.N.R). Comme le P.S.R n'est pas uniquement de l'orthophosphate libre, il n'est pas entièrement biodisponoble et réciproquement, le P.S.N.R est partiellement disponible. La biodisponibilité de la fraction soluble dépend de sa nature chimique.

En ce qui concerne le phosphore particulaire, sa biodisponibilité varie largement en fonction de lac composition chimique des particules. La biodisponibilité peut être nulle avec du materiel détritique issu des berges ou atteindre 80% dans des effluents urbains. La fraction liée au fer et à l'aluminium est la plus biodisponible. La fraction organique l'est plus ou moins en fonction de sa composition chimique et des conditions de sa minéralisation.


Le phosphore et le plancton

Retour au début

Les algues utilisent le phosphore lors de la photophosphorylation, processus source d'energie, d'où une absorption maximale de phosphore à la lumière.

Dans la plupart des cas, il existe une relation entre la biomasse phytoplanctonique, souvent exprimée par la teneur en chlorophylle et la teneur en phosphore. Cependant les corrélations sont souvent établies en coordonnées logarithmique de sorte que les variations peuvent être considérables lorsque l'on revient à une reprèsentation linéaire. Il peut donc y avoir un effet de seuil.

Voici les relations chlorophylle et phosphore dans le lac de Pareloup.

Les bactéries absorbe aussi du phosphore. Les bactéries et les algues sont donc en compétition pour ce composé.En général, les bactéries prèsentent plus d'affinités pour le phosphore que les algues. Cependant, comme les bactéries ont besoin de carbone, elles dépendent des excrétions des algues. Il y a donc régulation réciproque.


Le phosphore et les macrophytes

Retour au début

Les macrophytes comprennent des espèces semi-aquatiques émergentes, qu'on appelle aussi hélophytes (plantes de la vase) et des espèces aquatiques ou hydrophytes. Ces dernières peuvent avoir des feuilles flottantes (nénuphar) ou totalement immergées (myriophylle).

Les hélophytes ont un enracinement puissant et puisent l'essentiel de leur phosphore dans les sédiments. Même chez les plantes à faible enracinement (élodée), les racines jouent un rôle prépondérant.

Ces plantes jouent donc le role d'un puit de phosphore sédimentaire.Et les organes mort contenant du phosphore sont léssivés de sorte que les sédiments sont appauvris. On a pu penser que si les végétaux aquatiques prélevaient leur phosphore dans les sédiments et le relarguaient dans l'eau libre, ils pouvaient concourir à l'eutrophisation.