Fabrication du sucre: le fonctionnement de la sucrerie du Gol:

 

A/ Technologie de fabrication:

1. Préparation de la canne:

1.1 le lavage des tiges:

Plus on a recours à une coupe mécanisée de la canne, plus il devient nécessaire de la laver à l'entrée de l'usine.

1.2 coupe-canne:

Il a pour rôle de débiter les tiges en tronçons courts faciles à convoyer et permet d'assurer l'alimentation continue et régulière de l'usine.

NB: densité initiale de la canne: 125 à 250 kg/m3

densité à la sortie du coupe-canne: 250 à 300 kg/m3

1.3 défibreur:

C'est la première machine à pression par cylindres que l'on rencontre; le plus souvent on parle de "moulin défibreur".

1.4 Shredder:

Malgré son nom, le défibreur a plutôt un rôle de broyage des tiges , shredder parfait la préparation de la canne et a effectivement un rôle de "défibreur".

2. Extraction du jus sucré:

L'expression du jus sucré contenu dans les tiges est réalisé au moyen d'une batterie de moulins. La canne est alors soumise à des pressions énormes et le produit résiduel ou "bagasse" atteint une humidité de 45 à 50%.

Classiquement on dispose d'une batterie de 5 moulins et de façon à extraire un maximum de jus sucré on utilise la technique de l'imbibition qui consiste à injecter de l'eau entre les différents moulins.

Il y a un apport extérieur de 150 à 350 litres d'eau par tonnes de canne.

La bagasse est de façon générale utilisée comme combustible des chaudières de l'usine.

3. Epuration du jus:

Il s'agit en général d'une épuration à la chaux (défécation) où il y a formation d'un précipité avec les impuretés du jus. Le précipité est ensuite séparé par décantation.

On utilise de 500 à 800 g de chaux (exprimée en CaO /tonne de canne); la chaux doit contenir de 90 à 95% de CaO et moins de 2% de MgO (magnésie) de façon à éviter la formation de dépôts dans les tubes des évaporateurs.

La chaux est injectée sous forme de lait de chaux contenant 150 à 200 g de CaO.

4. Concentration du jus (évaporation):

A concentration du jus sucré s'opère au travers d'une batterie d'évaporation sous vide partiel.

Le plus souvent, on dispose de 4 caisses d'évaporation consécutives.

On obtient 750l d'eau condensé /tonne de canne. Cette eau entraîne avec elle un peu de sucre et le risque de contamination en sucre de l'eau condensée augmente de la première à la dernière caisse.

Le fait du bouchage des tubes des évaporateurs impose un nettoyage hebdomadaire.

5. Cristallisation (cuite, malaxage, turbinage):

Lors de cette seconde phase de la concentration du jus sucré, on forme le grain et on le grossit. Cela s'effectue dans des caisses d'évaporation quelques peu modifiées pour admettre une masse visqueuse et très consistante. La cuite se déroule en plusieurs phases et l'égout épuisé porte le nom de mélasse.

La mélasse contient 30% de saccharose et 20% d'autres sucres, elle est stockée et envoyée en distillerie pour la fabrication du rhum industriel.

 B/ Les rejets de la sucrerie de canne:

        · eaux de lavage: chargées en MES.

        · eaux de condensation:

          ¨ vapeur condensée au niveau des caisses d'évaporation.

          ¨ vapeur de la dernière caisse d'évaporation et vapeur de cuite condensées au niveau d'un condenseur par contact d'eau froide. 

        · eaux de lavage des machines:

        En particulier les eaux de lavage hebdomadaires des faisceaux des caisses d'évaporation. Ces eaux sont basiques lorsqu'il y a addition de NaCl ou acide avec du HCl ou parfois basiques puis acides dans la mesure où l'on utilise consécutivement les deux modes de détartrage.

        · eaux de lavage des sols.

        · Mélasses:

        Elles doivent être stockées dans des réservoirs étanches avant d'être envoyées en distilleries et cela de façon à éviter tout ruissellement ou percolation.

        · Bagasse:

        Elle est utilisée comme combustible pour les chaudières de l'usine, mais le plus souvent, on a affaire à un excédent.

        · Gâteau:

        Il s'agit là du résidu sec obtenu par filtration des boues après chaulage du jus sucré. Il pourra être stocké dans une aire étanche et utilisée comme élément fertilisant pour les cultures (épandage).

      2. Elimination des effluents:

        Ils contiennent une pollution de nature organique et ne sont pas directement toxiques pour le milieu récepteur. C'est dans la mesure où ils sont rejetés de façon continue et localisée que leur décharge peut avoir des conséquences désastreuses.

· désoxygénation des cours d'eau et développement de fermentation anaérobies.

· accumulation d'éléments dans le sol.

Devant le volume important des effluents, il est indispensable d'établir une politique d'économie d'eau dans l'enceinte de la sucrerie.

Retour