DIMENSIONNEMENT.

Le dimensionnement et l'agencement des conduites et des réservoirs ont été étudiés en fonction de la forme de la zone à irriguer. Celle-ci étant très étendue selon l'axe Est-Ouest, nous avons choisi de répartir trois bassins de retenue identiques le long de cet axe.

L'alimentation de ces bassins s'effectue gravitairement au moyen d'une galerie en charge. L'emplacement de ces bassins a été déterminée de manière à ce que chacun irrigue un même surface, de l'ordre de 550 ha.

L'altitude de la prise d'eau a été déterminer à partir de l'altitude maximale à irriguer (220 m), de manière à ce que transport s'effectue de manière gravitaire uniquement. L'altitude retenue pour la prise d'eau est de 265 m.

La prise d'eau s'accompagne d'un seuil de 40 000 m3. Cette réserve autorise à ne pas remplir les bassins en continus, mais de manière saccadée sur une journée, ce qui permet d'assurer un débit minimal dans la galerie.

Elle est également munie d'un système de protection formé d'une première grille, d'un dégraveur, d'un dessableur et d'une seconde grille.

Nous avons imposé une pente de 3%, pour obtenir une vitesse moyenne légèrement supérieure à 2 m/s (galerie non revêtue), ce qui évite les dépôts dans la galerie, tout en n'étant pas assez importante pour user significativement le béton.

Pour des raisons de problèmes de constructions et d'accessibilité pour l'entretien, la galerie devait présenter un diamètre minimal de 2 m. C'est cette valeur que nous avons choisi, tout en sachant qu'elle sera surdimensionnée vu le faible débit à assurer.

A cause de ce surdimensionnement, le transport de l'eau ne s'effectuera non pas en continu, mais en certaine périodes de la journée, en fonction du niveau de marnage des réservoirs. Ceci explique l'utilité d'installer un seuil au niveau de la prise d'eau, qui permet le stockage momentané hors des période de transport.

Le tracé de la galerie n'a pas pu être effectué en ligne droite. En effet, le relief escarpé nous aurait imposé de mettre en place des siphons très importants pour passer les différentes ravines (jusqu'à 90 m de profondeur pour le passage de la Rivière aux remparts). Il n'était pas non plus possible de résoudre ce problème en modifiant la pente de la galerie, car on aurait alors atteint par endroit des pentes de l'ordre de 5 %.

Cette coupe ramenée dans le plan permet de comprendre les problèmes dus au relief au niveau des ravines.

Le point rouge le plus à droite représente le lieu de captage, les trois autres les trois réservoirs.




Nous avons choisi de disposer trois réservoirs sur la zone à irriguer, de manière à ce que chacun d'entre eux ait une même surface à irriguer (environ 550 ha). Ce n'est qu'après avoir choisi les emplacements que nous avons pu établir le tracé définitif de la galerie. Chaque angle fait par la galerie correspond au passage d'une ravine, ce qui nécessite de passer à un endroit où l'altitude est plus grande,c'est-à-dire plus au nord.

Les trois bassins sont de contenance identique. Celle-ci, de 50 000 m3 (5 m de profondeur sur une surface de 1 ha), a été dimensionnée de manière à ce que chaque réservoir ait une autonomie de 3 jours. Cette autonomie permet de continuer à irriguer pendant les périodes d'entretien de la prise d'eau et de la galerie. D'autre part elle autorise à arrêter l'alimentation pendant les périodes de crues, de manière à éviter toute avarie.

Chaque bassin est équipé d'un système de vannes automatiques, qui autorisent le remplissage en fonction de la hauteur d'eau dans le bassin. Le marnage moyen a été fixé à 30 cm, ce qui correspond à 4 remplissages par jour.

Retour au sommaire.