Le mélange eau douce/eau salée à l'embouchure de l'Adour


Sommaire

  1. Présentation
  2. Application de l'étude
  3. L'étude:
    1. Premiers essais avec Phoenics
    2. Modélisation de notre cas
    3. Résultats et commentaires
  4. Conclusion
  5. Remerciements
  6. Bibliographie

  • Présentation

    A l'embouchure de l'Adour comme pour toutes autres embouchures, l'eau douce rencontre l'eau salée et engendre différents phénomènes de mélange.
    Les marées jouent un rôle important dans ce processus ainsi que les forces de Coriolis.
    On peut rencontrer différentes configurations selon l'importance du flux d'eau de mer par rapport au débit du fleuve:

    Nous essaierons de retrouver ces observations à l'aide du code de calcul Phoenics. Nous commencerons par faire le calcul en 2D sans les forces de Coriolis, pour ensuite passer, si possible, en 3D et introduire ces dites-forces.

    Retour au sommaire du BE1.

  • Application de l'étude

    D'après les documents collectés, le débit d'eau salée peut atteindre 1000 m3/s (3 fois le débit de la Seine à Rouen) et les plus hautes marées peuvent se ressentir jusqu'à Dax, à 60 Km de l'embouchure. Toutefois, l'eau salée ne remonte pas aussi loin. A Dax, pour les grosses marées, on a une marée d'eau douce. En effet, le flux maritime étant surpuissant, le fleuve ne peut pas se déverser dans l'océan. Donc, on a une onde de marée qui remonte le fleuve.

    Ainsi, on comprend mieux les enjeux de cette étude. En effet, pour alimenter l'agglomération Bayonnaise, les prises d'eau dans l'Adour ne peuvent pas s'effectuer à n'importe quelle profondeur ni dans n'importe quelle section. A défaut de cette étude, il faut prévoir les installations de traitement (dessalinisation de l'eau de mer).

    Retour au sommaire du BE1.