CONCLUSION



L'hypothèse que nous avons formulés concernant la création d'une digue s'avère fondée.
Au stade de nos connaissances et munis du logiciel Rives, nous admettrons cette solution comme envisageable.
De toute façon, c'est ce projet qui a été retenu dans la réalitée. Aussi nous nous abstiendrons toute critique, face à des bureaux d'études, certainement munis de logiciels beaucoup plus performants prenant en compte d'autres phénomènes, notamment la réflexion, très importante dans l'agitation portuaire.
Il aurait été intéressant,à ce sujet, d'utiliser le code Artemis, ne serait-ce que pour comparer les résultats donnés par Rives, mais faute de temps nous n'avons pu nous y consacrer.

Concernant l'utilisation du Logiciel Rives, celui-ci semble fournir des resultats cohérents, mais uniquement pour des cas relativement simples, des isobathes trop découpées, par exemple, provoquent des erreurs de calculs.
La définition du paramètre "pas de calcul" reste floue, ces variations entrainant de grosses différençes dans la résolution.
De plus ce logiciel est très peu convivial: la sauvegarde d'écran par exemple, a néçéssité l'apport de fichiers extérieurs.

L'initiative de tels projets est cependant à develloper, en organisant de manière plus adéquate le temps de travail. Le volume horaire consacré au cours d'hydrodynamique marine reste insuffisant. Il faut espérer que les futures promotions N7 manifesteront un interêt pour cette matière, poussant les autorités du département à continuer dans cette direction.
Retour au menu principal