Les mélanges d'eaux estuariennes peuvent être différents selon les courants observés, provenant de la mer comme des rivières.Cela permet de différencier plusieurs estuaires:

Le fleuve a dans ce cas un débit possédant plus de force que la marée. Les gradients de densité entre l'eau douce et l'eau salée sont alors très brusques et les masses d'eau ont du mal à se mélanger. En fait, la turbulence créée à la base de l'eau douce génère une série de vagues internes le long de l'interface, qui tend à mélanger les eaux. Seulement, ce mélange est faible et d'importantes remontées d'eau salée sont parfois constatées.

La turbulence est ici génèrée par l'interface eau douce/eau salée et par les courants de marée. Elle rend alors le mélange plus efficace que précédemment. L'eau douce se mélange en fait progressivement de l'aval vers l'amont. Un point précis de l'estuaire appelé POINT ZERO est défini. Il caractérise le lieu où le mouvement résiduel de l'eau est quasi nul. Ce point bouge avec les marées et a d'importantes conséquences au niveau de la répartition des sédiments.

Ce sont les embouchures où la transition entre la mer et le fleuve est progressive. La salinité est pratiquement constante dans chaque section de l'estuaire (aucune stratification de densité sur la verticale). La force de Coriolis joue un rôle primordial dans ce type d'estuaire et provoque générallement une circulation résiduelle.

L'évaporation à la source de l'estuaire atteind des taux très importants et la salinité est par conséquent augmentée, ainsi que la densité. Cette eau hyperchargée en sel atteind le large par le fond et est alors remplacée en surface par un écoulement côtier d'eau de mer.


TRANSPORT DES SEDIMENTS