conclust.gif (11666 octets)

 

ligne.gif (1008 octets)

            Conformément à notre objectif initial, le travail conduit sur la région de Foix nous a permis d'approfondir un certain nombre de points concernant le phénomène des crues affectant le bassin versant de l'Ariège à Foix.

            Outre les résultats concernant les probabilités d'occurrence des crues de diverses importances, l'étude nous a permis, parmi différentes méthodes que propose la littérature, d'identifier lesquelles étaient les plus adaptées à notre cas. De ce point de vue, deux points sont à retenir :

            Un autre résultat utile de notre étude est l'hydrogramme unitaire construit à partir de la crue de 1992, qui permet, lorsqu'une pluie se produit sur le bassin versant, de déterminer l'hydrogramme qu'elle engendrera à Foix. C'est donc un outil pratique de prévision à court terme, facile à mettre en oeuvre lors d'un processus d'alerte de crue. Cependant, il aurait été préférable, pour améliorer sa validité, de disposer de données pluviométriques et de l'hydrogramme correspondant dans le cas d'une pluie réellement unitaire et affectant la totalité du bassin versant.

En ce qui concerne l'évaluation de l'impact du barrage sur le régime des crues de l'Ariège, deux résultats se dégagent :

            Notons que notre étude a souvent pâti de l'imprécision des données qui nous a conduit à effectuer des simplifications, et, pour la partie numérique, de l'inadaptation du logiciel SIC à certaines situations. Celui-ci a en effet été développé pour simuler la gestion de canaux d'irrigation.

            Néanmoins, la seule présence du barrage peut justifier cette étude d'impact, ainsi que d'autres. On peut ainsi envisager plusieurs travaux qu'il serait à notre sens intéressant de conduire pour poursuivre ce travail, par exemple :

            Ces différents sujets peuvent faire l'objet d'une simulation numérique bidimensionnelle, pour laquelle il serait possible d'utiliser le logiciel TELEMAC, qui peut être disponible à l'école.

            En espérant que ce travail pourra leur être profitable, nous souhaitons bon courage aux personnes intéressées par la poursuite de cette étude !

ligne.gif (1008 octets)