gepartt.gif (10237 octets)

 

ligne.gif (1008 octets)

I.    Différents types de crues

            En raison des trois types d'imtempéries brièvement décrits dans la partie pluviométrie, on observe trois différents types de crues de l'Ariège, auxquelles ont associes les qualificatifs de :

océanique pyrénéenne, engendrée par des précipitations uniformes sur l'ensemble du bassin (exemple: crue du 19 juin 1977)

méditerranéenne intumescente, engendrée par des pluies affectant surtout les hauts bassins versant (exemple : crue du 8 novembre 1982)

méditerranéenne océanique, résultat d'une pluie se déplaçant d'ouest en est et couvrant tout le bassin versant (exemple : crue du 5 octobre 1992)

ligne.gif (1008 octets)

II.    Variation des débits spécifiques de crue des sous bassins versants

            Grâce aux données recueillies par les stations de jaugeage aujourd'hui désaffectées, les débits spécifiques de crue corrspondant aux périodes de retour 10, 50 et 100 ans ont pu être déterminés et regoupés dans le graphique ci-dessous.

bvqspe.gif (55555 octets)

On constate que ces sous bassins peuvent être classés en deux catégories homogènes et bien distinctes:

les sous-bassins montagnards (Besines, Ariège à l'Hospitalet, Oriège) qui possèdenr des débits spécifiques de crues importants au vu de la surface de leurs bassins respectifs;

les sous-bassins aval (Aston, Vicdessos, Ariège en aval de Merens).

            La première catégorie est la plus dangereuse en regard des crues car ces petits bassins versant montagnards sont affectés par une pluviométrie importante qui fait d'eux de potentiels générateurs de crues intumescentes.

ligne.gif (1008 octets)

II.    Répartition saisonnière des crues à Foix

            L'échantillon des 133 crues supérieures à la côte d'alerte permet de tracer la répartition saisonnière des crues à Foix, répartition représentée sur le diagramme ci-dessous.

saisons.gif (60774 octets)

            On s'aperçoit que les mois de mai et juin sont les périodes où la ville de Foix a le plus de probabilité de subir une crue supérieure à la côte d'alerte. Ceci corespond aux pluies d'origine océanique en liaison avec la fin de la fonte des neiges sur les sommets du bassin versant.

ligne.gif (1008 octets)