huconstt.gif (10103 octets)

 

ligne.gif (1008 octets)

I.    Séparation des différentes composantes de l'écoulement

            En suivant la méthode de construction décrite, on obtient le graphe suivant où sont représentés l'écoulement total et l'écoulement de base correspondant à l'hydrogramme :

husepar.gif (55711 octets)

ligne.gif (1008 octets)

II.    Détermination du volume ruissellé et du taux de recharge phréatique

            En intégrant la courbe de ruissellement superficiel par la méthode des trapèzes, on obtient un volume ruissellé de 18 000 000 m3.

            On peut alors calculer le taux de recharge phréatique de façon à égaliser le volume de la pluie nette avec le volume de ruissellement superficiel. On obtient un taux de 14 mm de pluie pour l'ensemble du bassin.

On peut alors tracer le graphe récapitulatif des opérations précédentes :

hurecap.gif (49076 octets)

ligne.gif (1008 octets)

III.    Détermination du graphe de l'hydrogramme unitaire

            Comme précisé précédemment, l'averse choisie ne peut être considérée comme unitaire : on va donc avoir à résoudre un système linéaire d'ordre supérieur à 10.

            L'inversion de ce système linéaire a été réalisée grâce à la rédaction d'un programme en Fortran qui a permis d'avoir accès aux coordonnées de l'hydrogramme unitaire correspondant aux différents temps multiples de la durée d'une averse élémentaire prise égal à 4 heures en raison de l'imprécision des données pluviométriques. On obtient ainsi le graphe suivant :

huhu.gif (50136 octets)

ligne.gif (1008 octets)

IV.    Critique des résultats obtenus

On peut faire plusieurs remarques sur la validité du modèle obtenu :

la forme générale de l'hydrogramme semble correcte;

on retrouve l'odre de grandeur du temps de concentration du bassin versant estimé à 9 heures : on obtient ici une valeur de 10 heures;

la partie gauche du graphe est formée d'ondulations dues à l'instabilité du système linéaire. Cette instabilité provient de l'imprécision des données, en particulier sur les temps de référence de l'hydrogramme. En vue de l'exploitation de cet hydrogramme, on prendra des valeurs moyennes de ces oscillations afin d'obtenir des résultats plus probants.

ligne.gif (1008 octets)