Fonctionnement de ORAAGE :

 

         Le réseau ramifié considéré est découpé en tronçons. Chaque tronçon est compris entre deux nuds, et possède un diamètre et une pente uniques.
         Le bassin versant étudié est, lui, divisé en sous bassins élémentaires. Ainsi à chaque sous bassin, est associé un débit d'eau ruisselé et un seul.
        Ainsi, comme chaque tronçon correspond à un sous bassin, il est caractérisé par le débit ruisselé à l'amont, ce qui permet d'en dimensionner le collecteur. Bien qu'en réalité, les eaux sont collectées par une série de regards répartis régulièrement le long de la canalisation, le logiciel impose le débit obtenu pour l'entrée, sur toute la longueur. C'est ainsi qu'on définit le point caractéristique du tronçon, qui doit être choisi judicieusement sur le tronçon, pour dimensionner correctement le collecteur : ce point est représentatif de tout le tronçon pour effectuer les calculs.

   Le débit ruisselé par le bassin versant BV1 est associé au tronçon T1, alors que celui drainé par les bassins BV1 et BV2 est associé au tronçon T2.

où :
- I désigne la pente moyenne en m par m du " réseau " de surface ;
- C est le coefficient de ruissellement ;
- A est la superficie en ha du bassin versant considéré ;
- m est le coefficient correcteur de forme.

         Dans cette formule, Q est exprimé en m3/s ; K, alpha, béta, gamma, sont des coefficients qui dépendent de la pluviométrie ; ils sont obtenus par le logiciel, à partir des coefficients a et b de la loi de Montana locale.

         On utilise pour cela la formule de Manning Strickler :

où I est cette fois-ci la pente du collecteur.
          On se place dans le cas où la section du collecteur est pleine, soit, pour le rayon hydraulique, on prend : R = D/4. Alors l'expression du diamètre nécessaire en fonction du débit Q est la suivante :

         A partir de ce calcul, le logiciel propose un collecteur, dont le diamètre appartient à la gamme suivante : 300, 400, 500, 600, 800, 1000, 1200, 1500, ou 2000 millimètres. Ces dimensions sont celles des collecteurs utilisés dans la pratique. Le choix se fait comme suit :
       1. A partir du diamètre théorique requis par le calcul, le collecteur choisi est celui qui possède le diamètre inférieur le plus proche ;
       2. Par la suite, le débit pouvant transiter est recalculé par la formule de Manning Strickler ;
       3. Enfin, si ce débit minore de moins de 10% le débit de Caquot, le logiciel conserve ce collecteur, sinon il choisit celui de diamètre directement supérieur.

         Notons que l'opérateur peut modifier à son gré les pentes des collecteurs, puis relancer le calcul de dimensionnement.