Conclusion:

         La nouvelle version du logiciel ORAAGE est désormais conforme au cahier des charges fixé en collaboration avec la société SCE. Il reste maintenant à valider le travail fourni, notamment le calcul de la ligne d'eau en écoulement à surface libre. Cette étape aurait pu être réalisée à l'aide de plusieurs logiciels de calculs proprement hydrauliques, reconnus comme des références en la matière. Cependant, notre choix s'est orienté vers "Canal 9", car il est disponible, facile d'utilisation, et bien connu des élèves de l'ENSEEIHT.
       Afin de parachever notre tâche, il nous est indispensable de rédiger un mode d'emploi destiné aux futurs utilisateurs. Une ébauche en a déjà été élaborée, et est en attente de compléments apportés par la société commanditaire du projet. Puisqu'une version existait sur le marché, notre document n'est qu'une notice relative aux nouveaux outils "Calcul de la ligne d'eau et des coûts" et "Modification".
       Il reste à prolonger cet effort afin de créer un outil plus performant. Sur la base des perspectives de développement proposées, le logiciel pourrait facilement être complété.
       Tout au long de l'évolution de notre mission, nous avons été confrontés à de multiples difficultés: dans un premier temps, il a été requis un temps non négligeable avant d'obtenir notre matière première; la mise à disposition du logiciel et du langage de programmation Visual Basic 4 sur le réseau de l'ENSEEIHT, bien que complexe pour des problèmes de compatibilié, a été tardive. De plus, comme le logiciel était en cours d'amélioration au sein de SCE, il nous a été confié une version dont tous les éléments n'avaient pas été contrôlés. Ainsi, il nous a fallu prendre quelques précautions supplémentaires qui ont handicapé l'avancement du projet.
       Malgré tout, ce Bureau d'Etudes Industriel nous a apporté un enrichissemnt non négligeable, de plusieurs points de vue. Il a d'abord été l'occasion de se pencher sur un cas réel, reflet parfait du travail de l'ingénieur. Ainsi, nous avons pu appréhender les difficultés inhérentes à la justification des choix scientifiques face à la réalité du terrain. Comme il s'est en outre inscrit dans un processus commercial, nous ne devions pas négliger l'adaptation de l'interface à des clients aux formations les plus variées.
       Enfin, nous avons également acquis de nouvelles connaissances, et approfondi certains enseignements, en les abordant sous un aspect plus pratique. La mise à profit de telles connaissances est un atout pour les "futurs" ingénieurs que nous sommes...