Avant projet de binôme : modélisation numérique d'un projet
            

Première étape

Deuxième étape

Conclusion


Première étape :

Nous travaillerons en collaboration avec le binôme chargé de faire l’étude du marché de l’eau en Afrique à prendre des contacts avec des laboratoires de recherche et de bureaux d’études ayant travaillé dans le domaine.

Nous nous attacherons à faire le bilan des travaux déjà réalisés et ceux en cours. Nous discuterons les enjeux historiques et politiques que nous savons intervenir et influer grandement la gestion de l’eau et les problèmes que cela pose dans le continent africain.

Le but de cette étape est multiple :

a. Dans un soucis de cohésion, d’intégration dans le projet de groupe, il est important que nous cernions avec plus d’exactitude et de recul les problèmes qualitatifs rencontrés dans la gestion de l’eau en Afrique. Le fait de se borner à une étude purement technique ne nous apportera en aucune façon cette dimension physique des calculs que l’on envisage de mener ultérieurement. Il appartient au numéricien avant de se lancer dans les modélisations de bien comprendre le problème d’un point de vue physique (dans le cas présent historique, géographique et politique, étant donnée la complexité du domaine).

b. Acquérir une idée plus précise de la direction donnée aux recherches au cours des précédents travaux dans le domaine de l’eau dans le tiers monde. Cela s’inscrit encore dans la compréhension des projets à notre portée.

c. Choix d’un projet en particulier. Asseoir les bases de la seconde partie, technique : celle-ci étant bien spécifique au binôme.

Sommaire

 

Deuxième étape :

Elle repose donc sur le choix déterminé d’un projet. Il s’agit de faire un choix judicieux de travail. Il pourra être :

a. Déjà entrepris par une étude, en voie de continuation : auquel cas nous serons critiquerons les résultats et nous les validerons en s’appuyant sur ceux issus de notre analyse.

b. A l’état de projet, au sens où il n’aurait pas été encore mis en pratique. Ce cas, plus délicat, ne sera envisageable que dans la mesure où nous pourrions nous faire suivre par un bureau d’étude intéressé.

Le choix de ce projet doit bien entendu tenir compte de la faisabilité du travail qui en découle, tant sur le plan matériel et temporel que sur le plan des connaissances et des compétences nécessaires. La joignabilité/disponibilité des personnes/organismes en mesure de nous renseigner (voir de nous aider) doit aussi entrer en ligne de compte. Bien entendu, nos motivations et nos sensibilités personnelles seront les moteurs essentiels du choix des cas sur lesquels nous allons nous pencher.

Sommaire

Conclusion :

Dans le travail que nous entreprenons, nous serons sans doute amenés à effectuer une modélisation informatique. C'est en fait le seul outil dont nous disposons pour nous intéresser à une étude de manière plus détaillée.

En effet , il est à souligner que:

Dans les études préalables dont nous avons pris connaissance, la simulation numérique s'est avérée être un outil incontournable. Son utilisation dans le cadre du BEI est donc d'autant plus intéressante puisqu'elle nous permettra de mettre en application nos connaissances en mécanique des fluides numérique, et notamment de nous familiariser plus avant avec les logiciels adaptés à ces problèmes.