LA GESTION DE L'EAU EN GUINEE BISSAU


Les opérateurs nationaux qui ont la charge du service de l'eau dans la majorité des pays africains, tendent globalement à déléguer leur responsabilité dans ce domaine qu'ils ne peuvent plus remplir. Les petits centres (de population comprise entre 1 000 et la dizaine de milliers d'habitants) n'échappent pas à cette règle. La délégation de la gestion à des opérateurs privés s'y fait alors selon deux méthodes : les associations d'usagers ou la délégation à un opérateur privé du réseau d'adduction d'eau potable.

En Guinée Bissau, l'alimentation en eau est régie soit par la direction générale de l'énergie, soit par des comités d'état. Mais l'eau distribuée gratuitement, ne permet plus d'établir un dispositif assurant un fonctionnement correct et l'entretien du réseau.

A Sao Domingos, un opérateur privé (2 commerçants, notables respectés du centre) a dorénavant la charge du réseau d'adduction d'eau potable. Un contrat d'affermage, liant les deux fermiers à l'état, a été rédigé. Il permet de clarifier les responsabilités et les tâches qui incombent aux deux commerçants. Il assure également la durabilité de l'exploitation quelques soient les changements institutionnels. Actuellement les contraintes qui pèsent sur le bon fonctionnement sont d'ordre économique. Mais le "travail" des deux commerçants n'a pas été remis en cause.

Dans la région de Bafata, la population a, elle, fait le choix d'opter pour la construction d'associations d'usagers.