MAURITANIE - GESTION DECENTRALISEE DES EQUIPEMENTS D'EAU POTABLE


Cette décentralisation se traduit par des transferts de certaines compétences des services de l'état vers les communes qui ne sont néanmoins pas dôtées de ressources fiscales supplémentaires. Quand tel est le cas, la délégation des charges ressemble alors plutôt à un lâchage par l'état d'un service dont il ne supportait plus les coûts.

Ce transfert de charge a déjà été effectué dans des pays tels le Sénégal et la Mauritanie où les usagers financent la plus grande partie d'exploitation du service de l'eau.

En Mauritanie les objectifs de cette gestion décentralisée et en particulier, de la gestion décentralisée des équipements d'eau potable que le GRET 'encadre', sont de permettre l'accés à l'eau potable dans les petits centres urbains et les zones rurales, de réaliser des équipements adaptés aux différents contextes, de définir des modes de gestion décentralisée et aider à la mise en place d'une politique nationale.

L'état Mauritanien mène une politique active d'hydraulique locale. Il souhaite installer des dispositifs pérennes de gestion des équipements de fourniture d'eau potable, tant dans les petits centres urbains que dans les zones rurales. Ceci correspond à une politique nouvelle. Jusqu'alors, les usagers n'étaient pas associés à la mise en place d'équipements de fourniture d'eau potable. En particulier, ils n'en payaient pas le coût. L'Etat a défini une politique d'intervention pour chaque zone du pays. Chacune, en fonction de ses spécificités géographiques, est destinée à recevoir prioritairement un type d'équipement spécifique : solaire, éolien, pompes manuelles... A chaque type d'équipement correspond une forme adaptée de paiement et de gestion de l'eau.

Dans ce contexte l'objectif de ce programme de gestion décntralisée des équipements d'eau potable, est de mettre au point des méthodes de gestion à long terme des équipements hydrauliques : gestion au niveau du village, des usagers, dispositifs financiers, structures privées de maintenance. Il s'agit de définir les méthodes, de les expérimenter, de former les acteurs et de pérenniser le dispositif institutionnel : clarification du rôle de chacun et des règles de fonctionnement, consolidation des compétences locales.

Le Gret apporte ainsi un appui fort à une ONG locale, Tenmiya, qui poursuivra cette fonction d'animation en hydraulique locale après la fin du projet. Ce programme de 3 ans comporte différents volets :