CONCLUSION


De part la superficie du continent Africain, et le grand nombre de pays qu'il regroupe, 53 au total, l'Afrique est caractérisée par une grande disparité des ressources en eau et des niveaux de développement des pays...

Les études climatologiques et hydrologiques ont permis de mieux appréhender l'hétérogénéité de la répartition de la ressource en eau et situer les zones les plus menacées par des pénuries d'eau : les pays soudano sahéliens.

Selon le niveau de développement et les ressources en eau de chaque pays, leur stratégie concernant le secteur de l'eau diffère :

Un pays développé ayant résolu ses problèmes de quantité d'eau peut s'interresser aux problèmes de traitement de l'eau et installer les infrastructures nécessaires ou s'engager dans des projets de plus grande envergure. L'Egypte, par exemple, entreprend des projets tels la bonification de terres prises au désert pour satisfaire sa politique de décentralisation, projets coûteux et ambitieux.

Néanmoins l'ensemble des pays du Sahel ne peuvent se permettre une telle politique. Ils priviligient bien sûr des besoins plus vitaux, comme l'alimentation.

Cependant ces problèmes de quantité et de qualité de l'eau sont intimement liés : les sources d'eau potable ne sont pas très nombreuses alors que les cours d'eau pollués sont de plus en plus fréquents. Par exemple une meilleure qualité des cours d'eau augmenterait le volume d'eau utilisable et faciliterait l'adduction d'eau potable.

Enfin cette étude nous aura permis de mieux entrevoir comment les populations du siècle prochain pourra globalement souffrir d'un manque d'eau, à moins qu'une gestion plus stricte des ressources soit mise en place et que l'évolution démographique soit mieux contrôlée.