Les différents environnements des deltas

Les deltas comportent différents types d'environnements qui sont, de l'amont vers l'aval : la plaine deltaïque, le front de delta, le prodelta (figure ci-dessous).
La plaine deltaïque est une étendue de terre marquée par une altitude très faible. Les plaines deltaïques comprennent essentiellement deux parties : une partie située à l'amont, la plus ancienne, qui est soumise exclusivement à l'action du fleuve ; une partie située à l'aval, qui s'étend jusqu'au front de delta et qui est épisodiquement soumise aux influences marines, notamment dans les mers à marées. Ces plaines sont parcourues par un réseau de chenaux de distributions actifs ou abandonnés, séparés par des surfaces émergées, de la végétation et des plans d'eau très peu profond.
Les fronts de delta sont les zones où les courants fluviaux pénètrent dans la mer en y déposant leur charge. C'est également le site où les particules sont reprises et dispersées par les agents hydrodynamiques du bassin récepteur. On peut y distinguer plusieurs variétés d'environnements :
- les chenaux de distribution, bordés de levées subaériennes prolongées vers le large par des levées immergées.
- les barres d'embouchures, qui sont des bancs sableux formés en bordure externe des chenaux de distribution. Les taux de sédimentation y sont les plus élevés de tôt le delta et les dépôts sont soumis au remaniement permanent des vagues et des courants.
Les prodeltas sont les zones, essentiellement sous-marines, situées immédiatement à l'aval des barres d'embouchures et qui échappent à l'action des vagues ou des marées. Il s'agit de talus à fortes pentes constitués de dépôts beaucoup plus fins que ceux des barres d'embouchure. Les prodeltas font place progressivement , vers le large, aux dépôts marins du plateau continental, de nature essentiellement argileuse.

page suivante