Couplage ocean-atmosphère:

          Tous les modèles établis aujourd'hui tiennent compte de l'interaction océan-atmosphère. En effet, il est reconnu de tous que l'eau des océans et l'air de l'atmosphère sont étroitement liés. En effet, par le biais du vent et des eaux de surface, des échanges ont lieu entre des deux masses. Ainsi, la température de surface des eaux joue un rôle déterminant pour prévoir les conditions météorologiques futures.

Modèles numériques:

       Des modèles numériques récents tentent de prendre en compte tous ces facteurs pour effectuer des simulations météorologiques. Le but est de parvenir à obtenir des résultats plus sûrs. Mais ceci reste encore expérimental, car cela implique une complexité difficile à surmonter, et des riques de divergence numérique accrus. C'est ainsi que sont nés les modèles couplés océan-atmosphère, tels que ceux testés en ce moment même aux Etats-Unis à travers les différentes universités (UC.Davis, ...). Ces modèles autorisent en effet des échanges entre l'eau et l'air (chaleur et matière), et tiennent compte de la circulation océanique; de nombreux modèles simulaient l'océan puis l'atmosphère pour utiliser des conditions aux limites plus réalistes, mais la nouveauté réside ici dans un rapprochement de la réalité.

       L'océan joue donc un rôle décisif dans l'évolution du climat: masse très stable, ils emmagasinent de la chaleur aux tropiques, qu'ils redistribuent, via les courants marins, vers les pôles. Et les conditions de surface sont répercutées en profondeur via les modèles numériques.

Surveillance de la mer:

       Les satellites permettent de visualiser rapidement l'évolution du niveau de la mer, mais ils ne permettent pas d'aller au dessous. Les techniques utilisées sont soit visuelles, soit radar. Les résultats sont souvent confirmés par des bouées spéciales, qui mesurent les courants marins, ou les paramètres de l'eau et de l'air. Les déplacements de masses d'eaux chaudes est également repérable par satellite, car ceux-ci parviennent à déceler des variations de hauteurs très petites, et donc à voir leurs déplacements.

Bouées:

        Le premier type de bouée représente les fixes: elles sont ancrées au fond des océans, et récoltent régulièrement des températures, salinités, pressions, et des données de dynamique des océans et de la répartition dela chaleur. Ces informations sont alors intégrées dans les modèles numériques. Elles permettent de plus de renseigner sur la vitesse et la direction des vents, sur l'humidité, ... .

Bouées dérivantes:

      Ces bouées sont accrochées à des ancres flottantes qui leur permettent de suivre les courants marins, et non les vents. Elles sont dotées d'émetteurs Argos qui permet de communiquer avec les satellites pour les situer, et récolter les informations relatives aux températures de l'eau (en surface ou en profondeur), de pression, salinité, ... . Elles ont une durée de vie de 2 à 3 ans, et sont redéployées régulièrement.

Page suivante