Les données physiques


Les caractéristiques hydrodynamiques

1. Les vents

La synthèse des données anémomètriques recueillies à la station météorologique de Sète entre 1982 et 1996 permet de définir le régime des vents locaux :

Sur tout le littoral du Languedoc-Roussillon, c'est la tramontane qui joue le rôle le plus important dans le transport du sable. ce vent de terre assèche le sable et facilite le transport éolien. Le vent de mer, à force égale, va transporter beaucoup moins de sable car celui-ci est humidifié par les embruns.

caractéristiques

2. La houle

En général, en Méditerranée, les houles parvenant au rivage ne sont générées qu'en cas de vent de mer. Lors des temps de terre (mistral, tramontane) seules les houles lointaines parviennent au rivage.

D'après Sogreah (1998), la répartition des houles du large déduite de la synthèse des données résultant de mesures et d'observations à Sète (bouée Datawell)et au large est la suivante:

Les calmes (H1/3 < 0.2m) représente 34% des observations.

Les conclusions de ce tableau sont les suivantes:

caractéristiques

3.Les transits sédimentaires

Entre la zone de déferlement et le rivage, la houle provoque des courants capables d'assurer la mise en suspension et le transport des sédiments. La direction de la houle arrivant au rivage a des conséquences sur le transport sédimentaire: lorsque la houle arrive obliquement au rivage, le transport se fait parallélement à la côte. Lorsque l'attaque de la houle est frontale, le transit longitudinal est faible la déperdition des sédiments s'effectue essentiellement par dispersion transversale vers le large.

Il faut noter que, compte tenu des phénomènes de réfraction sur le fond, les houles atteignent le rivage avec une orientation différente de celle du large. Le volume de sédiments transportés dépend donc:

Les travaux du groupe Modélisation nous permettent d'illustrer les effets de la réfraction:

Pour des houles d'Est (1er cas), nous voyons bien que le transit se fera parallélement à la côte, ce qui est bien différent dans une houle de Secteur Sud (2ème cas) où l'on observera plutôt des agitations perpendiculaires au rivage.

caractéristiques

4. Les courants

caractéristiques

5. Données de tempête: exemple de la tempête du 16 au 18 Décembre 1997

Les données suivantes nous ont été fournies par le Service Maritime et de Navigation du Languedoc-Roussillon. Cette tempête a débuté dans la journée du 16 Décembre pour atteindre son paroxysme entre 19 et 22 heures ce même jour.

L'évolution du littoral

Le constat de l'évolution du littoral sètois a été analysé à partir de deux études réalisées par le Service Maritime et de Navigation du Languedoc-Rousillon, intitulées l' "Evolution du littoral du Languedoc-Rousillon de 1945 à nos jours, rapport de première phase, Mars 1997" et "Le littoral de l'Hérault et du Gard, Juin 1985".

Suite aux dégâts engendrés par la tempête de 1982 (destruction partielle de la RN 112), la partie Est de la plage de la Corniche a fait l'objet d'aménagements de protection. Suite à la tempête de 1997, l'érosion à l'Ouest des ouvrages de protection s'est aggravée.

La plage de Sète jusque Marseillan présentait la caractéristique d'une érosion d'une intensité irrégulière mais notable à ces deux extrémités avec une zone située à l'Est des 3 épis sujette à l'engraissement.

La tempête de 1982 a provoqué les dommages les plus importants dans les zones où l'érosion était la plus forte, c'est à dire devant les restaurants et à l'ouest des trois épis (sur notre site d'étude).

Ce secteur était le siège d'une importante érosion qui mettait en péril la route nationale 112 à l'entrée de Sète et avait pratiquement provoqué la disparition de la plage du Lazaret. La mise en place d'ouvrages entre 1981 et 1984 a assuré la stabilité du littoral et par la formation d'un tombolo elle a considérablement augmenté la largeur de la plage utile.

La construction de quatre brise-lames et d'un épis après la tempête de 1982 a engraissé l'Est de la plage de la corniche par la formation de tombolo mais a accentué l'érosion entre les ouvrages, ce qui nécessite de recharger périodiquement en sable entre les ouvrages. De plus, la construction de ces ouvrages a déplacé l'érosion vers l'ouest, érosion qui a été accentuée par la tempête de 1997.

Le bilan de l'évolution du littoral montre que l'érosion du littoral s'est propagée de l'Est vers l'Ouest et nous avons vu de plus qu'une tempête exceptionnelle peut favoriser la disparition quasi-complète de la plage.

      Compte-tenu de l'état naturel du rivage (fond sableux), il semble urgent et nécessaire de protéger le rivage!