La construction du modèle

Digitalisation des données

Le maillage



Notre premier travail a consisté à numériser les données bathymétriques recueillies. Ce sont des cartes SHOM qui nous ont été fournies par le BCEOM. Elles décrivent la bathymétrie de l'ensemble du domaine d'étude grâce à des isobathes. C'est la table à digitaliser de l'IMFT qui nous a permis de numériser ces données et d'obtenir un fichier XYZ exploitable par le mailleur MATISSE.

On a représenté ci-dessous la numérisation de nos données:

Nous avons donc généré 2 projets MATISSE différents: le premier décrit le site à l'état actuel, le second prend en compte l'implantation des ouvrages.

Un projet matisse (d'extension *.*mat) comprend 6 fichiers:

Le domaine à modéliser est d'environ de 2km sur 2 km et a été déterminer afin de prendre en compte tous les phénomèmes pouvant influer sur le comportement de la houle et ses conséquences sur le littoral.

Afin de prendre en main efficacement le module ARTEMIS et en tenant compte de l'expérience acquise par nos prédécesseurs (BEI 98-99 "Des vagues d'avenir"), nous avons choisi d'étudier un cas test avec un maillage comportant peu de points, afin de réduire au maximum le temps de simulation. Ces résultats n'auront que peu de valeur physique mais auront le mérite de nous familiariser au plus vite avec le logiciel.

La documentation d'ARTEMIS précise que pour un calcul optimal, il convient de prendre une taille de maille telle que la longueur d'onde étudiée représente entre 3 et 7 mailles. Nous avons donc construit notre maillage en conséquence.

D'après les études menées par le binôme 3, nous pouvons exploiter toutes les données de houle utiles à notre modèle. La profondeur la plus importante du domaine à modéliser est de 15m. D'après la relation de dispersion, les vagues commencent à subir l'influence des fonds à une profondeur égale à la moitié de la longueur d'onde. Les longueurs d'onde seront ici vraisemblablement supérieures à 7.5m, on peut donc faire l'approximation C=(gh)0.5. De plus, les périodes de houles associées à des hauteurs supérieures ou égales à 3m sont d'environ 10s. Sachant que C=L/T, on en déduit une longueur d'onde d'environ 100m. On peut donc, en fonction du critère fixé dans la notice d'ARTEMIS, déterminer une taille minimale de maille d'environ 20m. On a alors 5 mailles par longueur d'onde.

La longueur d'onde variant avec la profondeur, nous avons construit, grâce aux différents critères proposés par MATISSE, un maillage irrégulier se ressérant en se rapprochant de la côte. De plus, la précision la plus importante est attendue derrière les ouvrages, le maillage y est donc nettement plus fin.

On peut visualiser le maillage sur les graphiques suivants:

Compte tenu du nombre très important de points de calcul, on peut s'attendre à des temps de simulations de l'ordre de quelques heures.

On représente aussi la bathymétrie sous forme de surfaces colorées grâce au logiciel RUBENS :

Parvenus à ce stade, il nous reste alors à exploiter ces données grâce au module ARTEMIS.