Les épis
Préambule

Longueur

Hauteur

Tracé en plan


Préambule

Les épis transversaux protègent les plages par arrêt d'une partie du transit littoral, lorsque les mouvements de sable s'effectuent préférentiellement parallèlement au rivage.

Les épis permettent de cloisonner le littoral en secteurs, dans le but d'y stabiliser la plage.

Dans le cas d'un sens de transit littoral dominant, la ligne de rivage qui s'établit est oblique par rapport à la ligne de rivage originelle et tend à se disposer parallèlement aux houles dominantes, en sorte que le transit littoral devienne localement minimum. L'accumulation à l'amont se solde, en général, par une érosion à l'aval.

Lorsqu'il n y a pas de sens de transit préférentiel, la ligne de rivage prend la forme d'un arc de cercle symétrique pour laquelle le transit est minimum.

L'efficacité d'un épi est d'autant plus importante que celui-ci intercepte une grande partie du transit littoral, c'est à dire que son musoir est fondé au-delà de la ligne de déferlement ( Zone de concentration du transit littoral) et que sa cote d'arase est élevée compte tenu du marnage.

Un épi isolé risque de déplacer le problème local d'érosion et il faut souvent recourir à la construction d'une batterie d'épis. Dans ce cas, l'écartement entre épis doit être tel que l'accumulation provoquée par l'épi aval intéresse toute l'alvéole.

Cela conditionne également le phasage des réalisations : L'aménagement devra être réalisé en commençant par le point situé à l'aval ; on devra attendre que l'accumulation le long de l'épi réalisé ait atteint le point de saturation pour entreprendre la construction de l'épi situé immédiatement à l'amont.

Longueur et hauteur de l'épi, dont dépend l'accumulation, sont liées au paramètre espacement entre épi. De nombreuses études théoriques ou expérimentales ont été réalisées pour comparer l'efficacité des différentes formes, longueurs et espacements d'épis. Les règles pratiques de dimensionnement sont présentées ci-après.


Longueur

La longueur de l'épi est fonction du type de profil de plage, de la répartition du transport solide le long de celui-ci et de la part du transit littoral que l'on souhaite stopper.

Sur une plage sans marée et sans barre, ou le transport par jet de rive domine, les épis courts sont souvent suffisants.

Dans une mer à marrée, les épis doivent être plus longs pour être efficaces aux divers niveaux de la mer, sur une plage avec barre, marquant la zone préférentielle des déferlements et donc des mouvements sédimentaires, les épis n'atteignant pas la barre sont pratiquement inefficaces.

BALSILLIE et BERG, après une étude approfondie basée sur la compilation de 450 rappors ou articles couvrant la péride 1900-1971, concluent que la longueur de l'épi est généralement définie en terme relatif par " court ou long ", étant entendu que les ouvrages les plus longs interceptent une plus grande partie du transit littoral que les ouvrages plus courts, mais que ces derniers, qui présentent un coût moindre, peuvent toujours être allongés.

La longueur retenue pour l'étude est de 150 m .


Hauteur

La saillie en hauteur sur la plage est fonction du mode de transport des sédiments (Charriage ou suspension), elle doit être d'autant plus importante que le transport en suspension est élevé.

L'épi doit être assez haut pour demeurer saillant en cas de dépôt important et brutal de sable, la hauteur doit cependant rester limitée pour ne pas créer une réflexion de la houle (risque d'affouillement).

Les épis courts, destinés à bloquer le jet de rive, doivent éviter le franchissement du haut de plage et donc avoir une cote supérieure au niveau des pleines mers de vives eaux exceptionnelles.

La hauteur des épis longs peut être modulée selon le type de transport. La hauteur minimum d'un épi à terre doit correspondre à la hauteur du niveau d'eau maximum, majorée de la hauteur d'ascension normale de la houle.

D'une manière générale, en dehors de la zone de haute plage, il est préconisé une saillie peu élevée (0.5 - 1 m), mais une conception d'épi permettant son rehaussement.

D'après BALSILLIE et BERG, comme pour le paramètre longueur, la hauteur de l'épi est également définie par " bas ou haut" .

Pour notre étude, on a pris une saillie de 1m.


Tracé en plan

S'il existe une direction véritablement privilégiée du transit littoral, il est généralement conseillé d'orienter les épis selon cette direction.

Si les houles sont de provenance variées, les épis doivent être implantés perpendiculairement à la cote.

D'après les essais du laboratoire de Génie Civil de Lisbonne :

Les épis sont généralement réctilignes lorsque le piégeage des sédiments est recherché. Des épis en " T " ou en " L " sont utilisés principalement pour constituer et tenir des plages artificielles ou alvéoles (en général en mer sans marrée). Ils peuvent être assimilés au brise-lames.

Kemp , à partir des résultats de ses expériences, précise que, sur une plage en érosion sous l'action destructive des houles, des épis correctement orientés peuvent remodeler le rivage de telle sorte que l'effet érosif puisse être minimisé.

Pour notre cas d'étude, un épi perpendiculaire à la cote a été choisi car le but est de limiter le transit littoral créé par les brise-lames