EFFETS STRUCTURELS ET FONCTIONNELS DU PROJET


1.Impacts sur la sédimentologie et le trait de côte

L'implantation de nos ouvrages va agir par déferlement: celui-ci se faisant au niveau des récifs, donc loin de lu rivage, l'érosion sera extrêmement limitée .

........Visualisation du déferlement (Groupe 22)

En revanche, nos ouvrages auront des conséquences négatives sur le transport sédimentaire. Du fait des courants induits derrière les récifs, on risque d'observer un transit transversal d'Est en Ouest. C'est pourquoi, nous avons choisi d'associer un épi à nos aménagement pour limiter les effets dommageables de ce transport.

Malheureusement, le manque de temps et de moyens (surtout!) ne nous a pas permis de simuler le transport sédimentaire comme nous l'avions prévu lors de l'élaboration de notre projet.


2.Impacts sur les paysages

Les brise-lames immergés ont un impact sur les paysages négligeable (contrairement aux brise-lâmes émergés qui artificialisent complétement le littoral du Languedoc-Roussillon). Le seul impact gênant sera sur le fond marin.

Vues rapprochées

Il s'agit des vues de l'usager des plages qui fréquentent le bord de mer pour les activités de baignade et de la plage: elles resteront très dégagées vers le large et ouvertes. L'effet de barrière visuel est nul. La ligne d'horizon reste toujours visible.


3.Impacts biologiques et écologiques

L'impact principal des ouvrages type brise-lâmes est relatif à la consommation d'espace maritime liée aux ouvrages eux-mêmes et au rechargement de de sable en arrière des ouvrages: toute la faune et la flore sera détruite dans l'emprise au sol des ouvrages et dans la zone de rechargement en sable. Cependant, il n'y a pas de peuplements marins sensibles dans cette zone (pas d'herbiers de posidonies).

En contre-partie, les ouvrages, notamment leurs faces extérieures, favoriseront au cours du temps le développement d'une flore et d'une faune fixées. Une étude de la flore et de la faune des brise-lames de Valras-plage (par le CEGEL) a montré, en effet, que les parties immergés des enrochements jouent le rôle de récifs artificiels et contribuent à enrichir le milieu marin dans les petits fonds .


4.Impact sur la qualité des eaux

Les brise-lames, du fait de leur fonction, réduisent l'agitation et le renouvellement de l'eau côté plage. Les situation anticycloniques fréquentes en été qui ne favorisent pas le renouvellement de l'eau, ainsi que la surfréquentation par les baigneurs de la plage aménagée, sont autant de facteurs qui peuvent affecter la qualité des eaux par rapport à une plage naturelle, non protégée par des ouvrages et ouverte vers le large.

Il faut noter que les contrôles bactériologiques effectuées par la DDASS sur les plages de l'Hérault ne mettent pas en évidence une dégradation significative de la qualité des eaux dans les zones d'implantation de brise-lames.

De plus, les contrôles bactériologiques présentés dans la partie "Etat initial" montrant que les eaux dans la zone des quatre brise-lames existant est de bonne qualité. En l'absence de source de pollution directe ou chronique, le projet n'est donc pas de nature à rendre les eaux impropres à la baignade.

Il faut noter cependant que des relevés de la faune et de la flore au niveau des brise-lames de Valras ont montré une certaine dégradation (algues vertes dues à l'eutrophisation, espèces caratéristiques d'eaux stagnantes): le faible renouvellement des eaux peut donc entrainer une plus grande vulnérabilité à la pollution. Ces eaux doivent donc être surveillées attentivement.


5. Impact sur les activités socio-économiques

Nous pensons que les travaux liés à nos ouvrages entraîneraient un déplacement des quatre restaurants en bordure de plage. Il est à noter que la commune de Sète projette de déplacer ces restaurants dans le cadre d'autres aménagements.

L'érosion régressive du rivage entraîne une désertion de cette partie du littoral par les estivants qui trouvent une plage de plus en plus réduite en largeur. Le report de la fréquentation sur les plages déjà protégées provoque donc une surdensité des baigneurs dans des secteurs déjà fréquentés (tombolos). Le système de brise-lames et ses conséquences directes aura un effet attractif sur la fréquentation du site. De plus, la stabilisation du littoral dans ce secteur, l'augmentation de la plage potentiellement utilisable favorisera l'activité liée au tourisme, notamment l'accueil des estivants à Séte.

Les ouvrages ne seront pas un obstacle à la navigation de plaisance. L'observation des plages protégées par des ouvrages pendant la saison estivale ou les week-ends d'avant ou d'arrière saison montrent que les ouvrages ont un effet d'attraction marquée pour certaines activités de loisir. La plage non protégée offre actuellement la possibilité de la pratique de sports nautiques (deriveur, ski nautique ). Mais après aménagement, la poursuite de la pratique de ces activités risque d'être entravée pour des raisons de sécurité. Un certain nombre de ces activités pourront se déplacer sur la plage non amenagée de la côte Ouest.

D'après les maîtres-nageur sauveteurs des postes de secours de plages protégées par des ouvrages maritimes, les houles peuvent creuser des affouillements au pied des ouvrages dangereux pour les baigneurs.

La surveillance devra donc être accentuée dans notre zone et les récifs devront être signalés pour la navigation, les baigneurs et les secours.

Les aménagements de protection du littoral ne sont pas de nature à entraîner une surcharge de fréquentation des infrastructures d'accés et de stationnement proches de la zone d'étude. La plage de la Corniche est en effet très bien équipée. Les accés prévus au travers du cordon de la plage, reconstitués après le chantier, permettront de rétablir tous les accés ( parking, plage ).