Facteurs à prendre en compte lors de l'étude

 

- Les concessions de chaque barrage

L'utilisation d'un barrage est réglementée par une concession qui fixe des limites à son mode de fonctionnement. Bien que de structures semblables (type barrage au fil de l'eau), les trois barrages du groupement de Palaminy ont des autorisations de fonctionnement différentes. En effet, deux de ces barrages, ceux de Saint Julien et de Carbonne, sont limités à un fonctionnement "au fil de l'eau" qui ne les autorise pas à jouer sur les débits de la rivière. Par contre, EDF a le droit de marner sur 4 mètres sur le barrage de Palaminy c'est-à-dire de faire varier le niveau de la retenue donc d'agir sur le débit de la Garonne.

 

- Le nombre et le débit de chaque turbine

Les possibilités de jeu sur le débit turbiné ne sont pas infinies. Elles sont limitées par le nombre et le débit maximal de chaque turbine. De plus, seules des valeurs discrètes de débit seront disponibles. Ceci est du au fait que les turbines doivent fonctionner à plein régime pour des raisons essentiellement économiques.

 

- Le temps de réponse du système barrage

Ce temps de réponse est notamment le temps d'ouverture des vannes déversant sur les turbines. C'est donc le temps de montée du débit turbiné jusqu'à son maximum.

 

- Besoin d'anticipation des débits

Pour contrer les variations brusques de débits, il faudra les anticiper à cause du temps de réponse du barrage. Pour cela, il faut disposer d'une station de mesure de débit en amont du barrage. La connaissance de la propagation de la station vers le barrage doit être précise. En effet, un mauvais déphasage entre l'arrivée de l'eau sur le site et le turbinage pourrait avoir des effets contraires à ceux escomptés.