Gestion actuelle de la retenue de Saint-Vidian

La régulation

La régulation se fait à deux niveaux :

Au niveau des débits :

Le débit réservé, Qr=3,3m3/s, est soustrait directement au niveau du barrage où il est turbiné. Ceci produit peu d'électricité mais est tout de même rentable. Logiquement, le débit sortant de la retenue est égal au débit entrant. Deux cas peuvent exister :

Au niveau des hauteurs d'eau :

Le débit turbiné est également asservi par la mesure de la cote du plan d'eau. Si le niveau dépasse 259,30 NGF, le débit turbiné sera augmenté et vice et versa. La régulation des hauteurs d'eau permet de contrer l'omission de la prise en compte des temps de propagation entre l'usine et la retenue d'une part et entre les points de mesure des débits d'autre part.

Le mode de gestion actuel peut se schématiser de la manière assez simpliste qui suit :

La régulation fait donc abstraction des considérations hydrologiques comme les temps de propagation. Les deux niveaux de la régulation permettent d'obtenir une cote relativement constante. Cependant, en cas de variation de débit très brusque, ce système asservi montre des instabilités.

Des simulations sous TELEMAC traduisent ce type de régulation : on impose des débits de différents type en entrée de la retenue tout en maintenant une cote fixe de la retenue. Ceci permettra, entre autres d'avoir une idée du temps de propagation dans la retenue.

En conclusion, la gestion actuelle est strictement de type fil de l'eau : la cote de la retenue est maintenue constante et le débit turbiné est sensiblement celui entrant dans la retenue.