Résultats obtenus



Nous allons présenter ici les résultats que nous avons obtenus avec le programme. Ces simulations ne sont pas là pour nous fournir des résultats exacts mais simplement pour nous donner une idée du mode de fonctionnement des retenues utilisant notre programme de gestion.

Nous avons effectué differents types de simulations dont les principales seront présentées ici.

Simulation d'un éclusée

Nous rappelons simplement ici que l'expression que nous avons prise pour le débit amont Qamont est la suivante:

Il est important de savoir que cette simulation a été effectué alors que le programme Fortran ne prévoyait pas encore une limitation du niveau de marnage.

Nous avons tracé sous Excel le fichier résultat (palaminy.txt) que nous avons obtenu afin de visualiser les débits calculés et le volume utile de la retenue.

On remarque que la méthode d'atténuation choisie donne de bon résultat pour ce type d'éclusée. On va maintenant tracer les variations de volumes correspondantes de la retenue.

Nous pouvons remarquer que les variations du volume sont de l'ordre de 200000m3 ce qui représente environ un quart du volume utile de la retenue.

Si nous réalisons un rapide calcul simplifié en considérant que, en moyenne, la retenue fait 4000 m de long pour 80 m de large, on aura alors une variation de hauteur de l'ordre de 70 cm. Un tel marnage respecte le cahier des charges et permet aussi d'atténuer de moitié une éclusée d'amplitude 40m3/s. Ces résultats sont très intéressants du fait que si une telle gestion était réalisée pour la retenue de Palaminy, cela permettrait de lisser et d'atténuer considérablement des fortes variations de débits en respectant le cahier des charges.

Nous avons tracé sous Excel le fichier résultat (carbonne.txt) que nous avons obtenu afin de visualiser les débits calculés et le volume utile de la retenue.

On remarque que la méthode d'atténuation choisie donne de bons résultats pour ce type d'éclusée. On va maintenant tracer les variations de volumes correspondantes de la retenue.

Nous pouvons remarquer que les variations du volume sont de l'ordre de 10000m3 ce qui représente environ un dizième du volume utile de la retenue. Les variations de volume de la retenue sont alors négligeables. Une fois de plus, ce mode de gestion respecte quasiment le cahier des charges.

Pour mieux se rendre compte de l'atténuation générée par la série des trois barrages sur les éclusées, nous allons comparé les débits entrants sur le groupement à Palaminy (Qamont) et les débits sortants du groupement à Carbonne (Qs3) rapportés à la même échelle de temps et de débit.

.

Ce graphe nous permet de voir l'utilité d'une telle gestion des débits de la Garonne, on peut remarquer que l'objectif fixé lors de la réalisation du programme est atteint. Nous avons lissé les débits en sortie du groupement (élimination des variations de faibles amplitudes et de hautes fréquences) ainsi qu'atténué de manière significative leurs variations (diminution jusqu'à 40m3/s de l'amplitude).

Simulation d'un débit-type

Nous rappelons simplement ici que l'expression que nous avons prise pour le débit amont Qamont est la suivante:

Cette simulation a été effectué avec une limitation du niveau de marnage.

Nous avons tracé sous Excel le fichier résultat (palaminy.txt) que nous avons obtenu afin de visualiser les débits calculés et le volume utile de la retenue.

On remarque que la méthode d'atténuation choisie donne de bon résultat pour ce type d'éclusée. On va maintenant tracer les variations de volumes correspondantes de la retenue.

Nous avions fixé un volume-seuil minimum afin de limiter le marnage ainsi qu'un niveau maximum correspondant à la côte maximale du barrage afin de ne pas perdre d'eau. Le niveau de la retenue oscille alors entre ces deux côtes extrèmes. Dans ce cas-ci, la variation de volume était limité à 150000m3 ce qui représente environ un sixième du volume utile total de la retenue.

Si nous réalisons un rapide calcul simplifié en considérant que, en moyenne, la retenue fait 4000 m de long pour 80 m de large, on aura alors une variation de hauteur de l'ordre de 50 cm. Un tel marnage respecte le cahier des charges et permet le lissage des courbes de débit et l'atténuation conséquente des importantes variations de débit. Ces résultats sont très intéressants du fait que, si une telle gestion était réalisée pour la retenue de Palaminy, cela permettrait de lisser et d'atténuer considérablement des fortes variations de débits en respectant le cahier des charges.

Nous avons tracé sous Excel le fichier résultat (carbonne.txt) que nous avons obtenu afin de visualiser les débits calculés et le volume utile de la retenue.

On remarque que la méthode d'atténuation et de lissage choisie donne de bons résultats pour ce type de courbes de débit. On va maintenant tracer les variations de volumes correspondantes de la retenue.

Nous pouvons remarquer que les variations du volume sont inférieures à 10000m3 ce qui représente environ un dizième du volume utile de la retenue. Les variations de volume de la retenue sont alors négligeables. Une fois de plus, ce mode de gestion respecte quasiment le cahier des charges.

Pour mieux se rendre compte de l'atténuation générée par la série des trois barrages sur les éclusées, nous allons comparé les débits entrants sur le groupement à Palaminy (Qamont) et les débits sortants du groupement à Carbonne (Qs3) rapportés à la même échelle de temps et de débit.

Ce graphe nous permet de voir l'utilité d'une telle gestion des débits de la Garonne, on peut remarquer que l'objectif fixé lors de la réalisation du programme est atteint. Nous avons lissé les débits en sortie du groupement (élimination des variations de faibles amplitudes et de hautes fréquences) ainsi qu'atténué de manière significative leurs variations (diminution jusqu'à 40m3/s de l'amplitude).

Retour Résultats obtenus