Conclusion

Le temps, contrainte majeure du calcul

Le but principal de nos simulations numériques est de se confronter aux résultats expérimentaux obtenus par Harold Maffre au LGC. Ces résultats ont été obtenus sur des durées d'environ 750 secondes. En effet, l'expérience a pu démontrer que la réaction de combustion du char est très lente et dure environ 8 minutes.

Or, le lancement des simulations 3D sur 4 processeurs sur les ordinateurs de l'ENSEEIHT nous permet de réaliser 9 secondes de simulation en environ 2 jours. Or la réaction de combustion dure environ 8 minutes donc il faudrait au minimum 166 jours pour simuler l'intégralité de la réaction - dans le cas où le pas de temps serait constant* -. Par manque de temps, ceci est impossible sur les ordinateurs de l'ENSEEIHT.

Il ne nous a donc pas été possible de réaliser l'intégralité des simulations en 3D et de les comparer aux résultats expérimentaux.

 

* le pas de temps peut être amené à varier si les vitesses augmentent localement, ce qui peut survenir lors du dégagement gazeux.