Un bloc

Un premier calcul basé sur des grandeurs turbulentes mises en place par défaut (cas test hotroom) nous permet d'obtenir les courbes ci-dessous :

Nous constatons que les profils numériques sont plus ou moins satisfaisants puisqu'ils s'approchent des profils expérimentaux, surtout en x = 2.535 m, où non seulement la simulation numérique prévoit la pente de décroissance mais également  le maximum de vitesse.


Un second calcul avec cette fois-ci des valeurs pour les grandeurs turbulentes calculées à partir des données expérimentales, donne les résultats ci-dessous :

 

Le tracé des courbes de vitesse et température pour cette deuxième simulation permet d'abord de confirmer la sensibilité du calcul aux grandeurs turbulentes, ainsi que de remarquer la non-amélioration des résultats, contrairement à ce que nous pourrions nous attendre.

Cette remarque pourrait être justifiée par la manière dont le calcul des grandeurs turbulentes s'est effectué ou imposé dans le domaine de calcul. En effet, le fait d'imposer une valeur moyenne dans tout le domaine ne peut être physiquement correcte surtout au niveau de l'entrée, d'ailleurs  cette hypothèse peut être confirmée par l'amélioration observée des profils quand on s'éloigne de l'entrée.