Contexte industriel

Aujourd'hui les énergies renouvelables représente un peu moins de 8% de l'énergie consommée en France. A l'horizon 2020, les pouvoirs publics se sont fixés l'objectifs de monter à 23 %. La transformation de la biomasse fait parties des pistes pour atteindre cet objectifs. En effet, sur les 20.55Mtep d'énergie primaire renouvelables produits en 2009, 46% étaient produits par la biomasse (25% pour l'hydaulique) (source: Ministère de l'écologie, du développement durable et de l'énergie). Dans ce cadre, le projet Gaya a pour ambition de développer une filière industriel de transformation de la biomasse.

Le projet Gaya

Le biométhane de seconde génération désigne la production de méthane par gazéification matière lignocellulosique (granulés de bois par exemple). Le programme Gaya vise à développer une unité innovante de production de biomethane  par gazéification de matière organique. Ce projet s'inscrit dans le développement de filières industrielles de valorisation des énergie renouvelable. Il est porté par GDF-SUEZ en partenariat avec plusieurs Laboratoires (dont le LGC de Toulouse) et soutenue financièrement par l'ADEME. Les acteurs du projet cherchent des solutions pour lever les verrous technologiques présents sur la filière afin de permettre son développement industriel.

Le projet GAYA vise à tester de nouvelles technologies afin de créer une filière fiable, environnementalement performante et rentable. le projet a débuté en 2010 avec un programme de R&D de 7 ans et une mise ne fonctionnement de la première unité à l'horizon 2016. Il a été doté initialement d'un budget global de 46 millions d'euros.

Le biométhane

‚ÄčLe biométhane est un gaz combustible produit par transformation de matière organique telle que le bois ou les végétaux. Il peut être utilisé pour des usages domestiques, collectifs ou industriels dans des opérations de chauffage. Il peut aussi servir de carburant ou à la production d'électricité.

Le développement de filière de production de biométhane présente trois enjeux : 

  • géopolitique : réduire notre consommation d'énergie fossiles et donc notre dépendance au pays producteurs de pétrole
  • économique : développer une nouvelle filière énergétique
  • écologique : diminuer les rejets de gaz à effets de serre 

Le biométhane présente plusieurs atouts. Les unités de production peuvent être installées au voisinage directe de la ressource. Ainsi, on réduit les rejets de CO2 dû au transport. C'est aussi un moyen pour les collectivités locales de valoriser leurs ressources naturelles et de créer des emplois non délocalisables. De plus, le biométhane présente les mêmes  caracteristiques que le gaz naturel. Il peut être acheminé par les même conduites et servir aux même usages.

De plus un nombre varié de matières premières peuvent être utilisées pour produire ce biogaz : bois, produit agricoles (paille ...), résidus de l'industrie du bois et du papier ...

Enfin, la chaleur excédentaire du procédé peut être utilisée dans un réseau de chaleur urbain ou par des industries voisines du site de gazéification.